Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Environnement

Biodiversité

Menaces sur les espaces sauvages de la planète

 Sous le titre “Catastrophic Declines in Wilderness Areas Undermine Global Environment Targets”, la revue américaine de biologie cellulaire (cell.com) a publié une étude, le 8 septembre courant, dans laquelle elle rapporte qu’en vingt ans la Terre a perdu un dixième de ses espaces sauvages. Au total, il s’agit de 3 millions de kilomètres carrés, l’équivalent de la superficie de l’Inde ! Les grands espaces sauvages sont répartis essentiellement entre l’Amérique du Nord, le nord de l’Asie, l’Afrique du Nord et l’Australie. Ils ne couvrent plus aujourd’hui que 30,1 millions de km2 – soit moins d’un quart de la surface terrestre. Ils sont indispensables à la biodiversité et à la régulation du climat.
Cette étude est publiée au moment où le Congrès mondial de la nature se tenait à Hawaï aux États-Unis (1er au 10 septembre 2016). Il a pour objet de définir la voie à suivre pour la conservation de la nature dans les années à venir. Cette année, ce plus grand forum mondial de la nature avait pour slogan principal “Planète à la croisée des chemins”. Il y a certes une augmentation des zones de protection dans le monde dont la superficie a quasi doublé depuis le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992. “Les efforts ne suffisent pas à pallier les pertes : en vingt ans, 2,5 millions de km2 ont été déclarés zones protégées pendant que 3,3 millions de km2 disparaissaient… Si on continue à ce rythme, il ne restera aucune parcelle de nature vierge d’ici à la fin du siècle.” En tout cas, la croissance démographique est pour beaucoup. Elle a progressé de 30% dans la même période “60% dans certaines régions d’Afrique ou d’Amérique du Sud, on arrive à 60%. La pression sur les écosystèmes est donc proportionnelle”.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER