Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

#EspacesLibres / Actualités

Tablette des haltes (acte 01)

L’opium hallal

©D.R.

Le ramadan: synonyme de ventres à remplir. Ceux qui s’en doutaient ont déjà la confirmation dès ce premier jour du mois sacré. Ce n’est pas la première fois que le ramadan débute avec toutes ces palabres autour de la hausse des prix, des couffins à distribuer,  ou encore de l’ouverture des marchés de proximité. Le tout « auréolé » par la grogne exprimée à haute voix par les hommes et femmes sur la  cherté de la vie.

La faute au citoyen uniquement ? Loin de là. Le gouvernement a pris les devants dès ce premier jour et ses membres ont été au cœur de l’événement. Et l’événement ce n’est pas le début du mois sacré, synonyme de piété et de miséricorde. Tout le côté mystique de ramadan est oublié, omis, mis de côté. Les familles doivent se concentrer sur la "bouffe", et rien d’autres...

 Pour cela les ministres "guest-star" de ce premier jour, celui de l’agriculture et du commerce, se sont donnés à cœur joie de disséquer et d’analyser la situation des marchés de proximité, des prix « qui ne vont pas tarder à baisser ».  Il y va de la paix sociale pardi ! Médias audiovisuels, presse (papier et digital) et radios nationales, tous, se sont retrouvés à alimenter les téléspectateurs, les auditeurs et les lecteurs, essentiellement avec tout ce qui touche à la "bouffe". Le ventre à remplir coûte que coûte est l’axe principal du quotidien de chacun (avec ou sans son consentement). C’est devenu l’apanage de ces sociétés se présentant musulmanes. Le mois sacré a glissé, et glisse toujours, sur le PARAÎTRE, en oubliant l’ETRE. Ainsi le gouvernement, et ses acolytes, semblent jouer sur le même tempo pour donner aux citoyens « ce qu’ils veulent » : MANGER. Après la religion, le football, le tour à l’insécurité alimentaire pour devenir l’opium du peuple !

L’occasion de rappeler un détail que l’histoire a mis de côté, alors qu’il est plein de sens. Le Pr Chemss Eddine Chitour l’a bien rappelé il ya quelques jours dans une de ses contributions. Le penseur Karl Marx, bien avant sa mort, avait tenu à nier la « lecture » que beaucoup ont en fait de sa fameuse phrase « sentence », que la religion est l’opium du peuple. Pour l’allemand la phrase a été sortie de son contexte. L’explication la plus proche, pour lui, c’est que la religion est un anti-douleur du peuple. Un éclaircissement qui va peut être dissiper le brouhaha fait autour de sa phrase depuis plus d’un siècle. Finalement, l’ambiance DZ de ce ramadan 2018 donne l’impression d’avoir transformé le ventre en un opium et anti-douleur en même temps.

Salim KOUDIL

@SalimKoudil

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER