Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

#EspacesLibres / Actualités

#EspacesLibres

Un métier, un défi, une innovation : le vétérinaire dans l’élevage et l’agro-alimentaire.

©D.R.

La production des denrées alimentaires d’origine animale a fait un band énorme à travers les années, que ça soit en terme de transformation ou bien conservation et distribution.

L’un des acteurs majeurs en amont est le vétérinaire, du point de vue médical, il exerce le contrôle et la prévention dans un but de protection des populations ainsi que la richesse que constitue les cheptels, cette dernière est la garante d’une sécurité alimentaire en synergie avec la production agricole.

Parmi les défis qui sont relevés chez les vétérinaires en Algérie c’est être manager en interne et en externe, lors des prestations envers les producteurs de façon à arriver à la meilleure productivité possible, et cela en prenant en compte les difficultés financières et techniques et parfois éthiques.

Ce métier reste à présenter et à vulgariser pour nos différentes tranches du peuple, chose qui s’installe avec les médias et réseaux sociaux : les documentaires Dr POL et le vétérinaire de BONDY Beach sont à titre d’exemple, ça montre les nombreuses débouchées et la possibilité de collaborer avec des équipes multidisciplinaires.

Dans le but d’intégrer l’initiative du ONE-HEALTH initié par l’organisation mondiale de la santé animale lors des années 2000, le débat est permanant pour améliorer les conditions et mettre en œuvre l’organisation nationale qui pourrais gérer l’effectif vétérinaire au complet.

De nombreuses innovations en vue le jour comme la gestion robotisée des élevages et des traites avec le Total D’Airy Management, le suivi informatique de la reproduction, le regroupement des petits éleveurs sous forme de collectifs moyens ou grands élevages. Permettre des produits de qualité et avec bonne salubrité est devenu accessible techniquement, surtout avec la venue des cabinets vétérinaires collectifs.

Du côté de Zeralda l’initiative de la ferme pédagogique d’Alger a ouvert sur le côté éducatif que peut apporter un éleveur et un vétérinaire, l’endroit connait un engouement très grand auprès des enfants, de tel concept font d’une façon très ludique la présentation des métiers de rêves auprès des enfants et même des adultes.

Pour parler de l’avenir de la médecine vétérinaire, l’exemple de la faculté de Toulouse est à retenir, en invitant à l’investissement dans la formation des futurs vétérinaires comblant ainsi toutes les failles financières.

©D.R.

Pour finir, le climat est adéquat pour un BOOM positif en agriculture en Algérie, avec la surfaces et l’énergie et ressources disponibles, car une mise à jour est en cours dans les générations à venir surtout chez les acteurs dans l’agricole en parallèle à la production et santé animale ; avec des collaborations multinationales sur nos sites d’élevages et transformation alimentaire avec des dimensions internationales, c’est possible d’être autosuffisant et exportateur.   

Mohamed LABADI

Partenariat #RDL/INJAZ El Djazair Alumni


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER