Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Jijel

15e journée de déontologie médicale

©D. R.

La salle de conférences de la cité administrative de Jijel a abrité, jeudi, la 15e journée de déontologie médicale organisée sous le thème “Responsabilité médicale. Enjeux, réalités et perspectives”. Plusieurs sujets ont fait l’objet d’un débat approfondi de la part des médecins spécialistes, des professeurs d’universités et des magistrats, en l’occurrence sur la responsabilité médicale en Algérie. À cet effet, les participants du secteur de la santé ont demandé la dépénalisation des médecins notamment quand il s’agit de certaines erreurs médicales involontaires, qualifiant ainsi leur métier de dangereux. “Le médecin est en détresse et c’est le but même de cette journée”, dira un médecin. Le procureur général de Jijel, Boudjemaâ Lotfi, a opté pour un mécanisme de coordination qui regrouperait tous les intervenants. “Nous devons tous collaborer entre nous, car les choses ne sont pas si simples et faciles, la théorie est une chose, mais la pratique est une autre chose”, dira le procureur près la cour de Jijel. Et d’ajouter : “Nous sommes des magistrats et non pas des praticiens, pour cela, les juges ont besoin de votre aide”, a-t-il expliqué. Sur un autre plan, nous apprendrons auprès du président du conseil de l’Ordre des médecins des wilayas de Jijel, Constantine, Mila et Oum El-Bouaghi que 43 dossiers de plainte contre des médecins ont été adressés à la justice au cours de l’année 2017, tandis que cette année le nombre a atteint 23 dossiers. La méconnaissance des lois a poussé les organisateurs à suggérer l’enseignement de la déontologie médicale à la faculté de droit et introduire un module des sciences juridiques dans les facultés de médecine, ce qui devrait sans doute aider les deux parties à mieux travailler. Notons enfin que près de 400 participants, tous secteurs confondus, ont pris part à cette journée scientifique.

RAYAN MOUSSAOUI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER