Scroll To Top
FLASH
  • L'Algérie a enregistré 219 nouveaux cas de coronavirus (Covid-19) et 5 décès durant les dernières 24 heures
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Plan d'eau de Beni Haroun (Mila)

Alerte aux braconniers

©D. R.

Les oiseaux aquatiques qui hivernent sur les berges du barrage de Beni Haroun sont sérieusement menacés par les indélicats chasseurs qui écument les lieux. Des dizaines de palmipèdes d'eau douce sont régulièrement tuées par des braconniers qui vont les chercher jusqu'aux fins fonds de la forêt de Médious, où ils nichent pour se reproduire. En effet, des braconniers sont quotidiennement observés sur les routes de la région avec des chapelets de canards, de hérons blancs et de cormorans. Mêmes les flamands roses, qui ne séjournent que pour de brèves durées pourtant, n'échappent pas à la délinquance de ces chasseurs. En effet, les services des forêts ont enregistré de nombreuses actions de braconnage sur les rives et au large du lac de Beni Haroun, qui attire chaque hiver des milliers d'oiseaux d'eau. En déplorant la chasse en période de reproduction, les services des forêts appellent les riverains à faire preuve de civisme et à participer à la protection de l'avifaune lacustre, notamment en cette période de l'année où les oiseaux entrent en période d'accouplement. Ces actes de braconnage, faut-il le noter, prennent parfois des allures criminelles, car même les espèces qu'on n'a pas l'habitude de consommer localement sont capturées au même titre que les canards. Ces volatiles, comme les cormorans et les hérons blancs sont, soit abandonnés sur les berges du barrage, soit jetés aux chiens. La manière de capturer ces oiseaux n'est pas moins déplorable, non plus. Les braconniers utilisent soit de la colle, qu'ils étalent aux endroits fréquentés par les oiseaux, ou des chiens plongeurs. Réagissant à cet état de fait, des associations de défense de la nature joignent leur voix à celle des services des forêts en demandant l'initiation de sorties de sensibilisation sur les régions infestées par les braconniers. Signalons que, selon les statistiques des services des forêts, le nombre d'oiseaux migrateurs ayant élu la zone humide de Beni Haroun pour hiverner dépasse les 17 000 sujets.

Kamel B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER