Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Les ZET promises depuis 10 ans ne sont toujours pas validées

Annaba, un paradis touristique en friche

La baie de Chetaïbi, Annaba. © D. R.

Naturellement dotée de tous les atours d’un paradis touristique, la wilaya de Annaba pourra-t-elle devenir réellement un jour la destination balnéaire d’excellence que les pouvoirs publics ne cessent de promettre ?

Malgré les retards accumulés, pour des raisons essentiellement bureaucratiques, depuis la fin des années 80, et au vu de l’engouement affiché par bon nombre d’investisseurs pour le secteur du tourisme, on est en droit d’affirmer que le rêve peut se réaliser, pour peu que chacun y mette du sien, à commencer par les responsables de la direction locale du tourisme et de l’artisanat, qui devront impérativement sortir des sentiers battus en faisant en sorte que le fameux Plan d’expansion touristique (PET), mis sous le coude depuis maintenant une dizaine d’années soit enfin validé.

D’aucuns parmi les professionnels du secteur se demandent pourquoi les zones d’expansion touristique de Chetaïbi et de la corniche de Annaba ne voient pas le jour alors que partout dans le pays des stations balnéaires et thermales sont lancées ? L’un d’entre eux n’hésite pas à accuser les responsables, chargés de ce dossier, de blocage délibéré, sans pour autant étayer son propos par la moindre preuve. Il reste que, dans cette wilaya, le minimum est assuré par une poignée de promoteurs, qui ont mis la main à la poche pour se lancer dans l’aventure avec plus ou moins de bonheur.

Ainsi, on dénombre pas moins de 45 infrastructures touristiques importantes, dont 13 hôtels classés, concentrés pour la plupart au chef-lieu de la wilaya et offrant au total quelque 4 600 lits. Ceci alors que 18 projets d’hôtels et de chalets et de complexes à même de renforcer le parc hôtelier de la wilaya de plus de 2 500 autres lits sont en cours de réalisation à Seraïdi et Chetaïbi.

S’agissant du standing et de tourisme d’affaires, il y a lieu de signaler que la ville de Annaba dispose d’un hôtel de la chaîne Sheraton, en pleine exploitation depuis maintenant trois années, de l’hôtel Seybouse International, dont les travaux de réhabilitation et de modernisation entamés en 2017 sont avancés à hauteur de 70% et de l’hôtel Sabri, qui a réussi à se bâtir une réputation nationale et internationale, grâce au sérieux de ses gestionnaires.

Ceci dit, la wilaya de Annaba avec sa façade maritime longue de 122,5 km, son plan d’eau ansé de 1 346 km2, ses plages urbaines et son relief montagneux et boisé, auxquels il faut ajouter la corniche du cap de Garde, la baie ouest de Chetaïbi et la grande plage de Oued Boqrat offre les meilleures opportunités touristiques qui soient. Il est clair que si tous les moyens étaient mis pour promouvoir le tourisme interne, qui allierait qualité de service, sécurité et prix, on pourrait retenir ici les centaines, voire les milliers de familles qui se ruent littéralement chaque été vers les hôtels du pays voisin.

 

A. Allia

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER