Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Les derniers vacanciers quittent à regret Annaba

Bône a fait bonne impression

L’affluence a fortement diminué sur les plages. © D.R.

Cette coquette ville vit sa dernière semaine de vacances dans l’effervescence et la bonne humeur.

À quelques jours à peine de l’Aïd El-Adha et de la rentrée scolaire, deux échéances budgétivores pour les chefs de famille, Annaba vit sa dernière semaine de vacances dans l’effervescence et la bonne humeur. Les rues Gambetta, Émir Abdelkader et Mohamed-Khemisti du centre-ville grouillent de monde, de femmes et enfants surtout, à la recherche de vêtements et d’effets scolaires. Sur le cours de la Révolution, la place la plus connue de la ville, les kiosques à glaces continuent à être fréquentés par ces dizaines de gens de passage, venues profiter de cet espace de verdure en dégustant les fameux créponnets annabis (sorbets au citron naturel) et autres glaces parfumées du “Ferdaous”, de “la Banquise”, de “l’Ours polaire”, ces terrasses aux noms évocateurs, qui en ont fait la réputation. À cette animation s’ajoute la circulation automobile intense, qui caractérise la ville côtière durant les mois d’été et qui s’est même accentuée en cette fin du mois d’août. Tant et si bien qu’il est devenu difficile de trouver un taxi pour se rendre en périphérie ou en direction des plages, les autocars de transport public étant pris d’assaut à longueur de journée.
Pourtant, le bonheur des vacances est toujours là, il est visible sur le visage de ces familles entières de visiteurs qui profitent du mieux qu’ils peuvent de ces derniers moment d'été malgré la difficulté. Faute de moyens, ces vacanciers de la dernière heure se rencontrent le plus souvent sur le sable des plages Fellah-Rachid (ex-Saint Cloud), Rizzi-Amor (ex-Chapuis), et la Carouble, qui sont les plus facilement accessibles pour eux, même à pied, du fait de leur position en plein tissu urbain, particularité de Annaba la balnéaire. Cette belle opportunité profite également aux familles de postiers venues du Sud pour la plupart, et qui ont le bonheur de pouvoir disposer à Annaba d’une structure d’accueil bien à eux. Ces familles peuvent, en effet, profiter du confort de la résidence Hippone de la cité Oued Kouba, un hôtel de quatre étages appartenant à Algérie Telecom, qui est doté de toutes les commodités et situé à une cinquantaine de mètres de la belle plage Rizzi-Amor. Un cadre d’Algérie Poste exerçant à Relizane, qui a jeté son dévolu sur la Coquette, se félicite de l’existence de cet établissement dont il avait vaguement entendu parler jusqu’à aujourd’hui et qui dit découvrir, avec sa femme également postière et leurs deux enfants, un vrai hôtel de luxe. “J’étais à des lieues de m’imaginer que cette structure qui date des années 80 pouvait être restée dans cet état de conservation, quand on sait la vitesse à laquelle ce type d’établissements se dégrade. Là, je me rends compte que les 70 chambres qui le composent sont propres et bien tenues, que la salle de restauration et la cafeteria fonctionnent selon les normes, et pour ne rien gâcher, on a la Wifi, le tout à un prix dérisoire, et avec le sourire s’il vous plait ! Que peut-on demander de plus ?!” confie ce cadre avec un large sourire. Cette impression est partagée par tous les résidents que nous avons rencontrés aux abords de l’hôtel, lesquels transmettent leurs félicitations à l’équipe chargée de la gestion d’Hippone Kouba. Tous disent souhaiter la création d’autres établissements du même genre à travers les villes du littoral algérien, et ainsi profiter en toute sérénité de leurs séjours à l’occasion de leurs missions de travail et durant leurs congés.


A. ALLIA

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER