Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’ALGÉRIE PROFONDE / Est

URBAS de Sétif

Bras de fer travailleurs-direction

©D. R.

Le bras de fer à la direction du centre d’études et de réalisations en urbanisme (Urbas) de Sétif (ex-Cadat) a pris jeudi un autre tournant qui risque de se répercuter sur les résultats de cette entité, fleuron des bureaux d’études étatiques de la région. Jeudi, 45 cadres et travailleurs ont bloqué l’accès à la direction, empêchant trois membres dont le secrétaire général de l’union locale Abdelhak-Benhamouda et deux autres cadres de l’UGTA, chargés de l’organisation et du suivi des élections de la section syndicale de l’Urbas, d’entrer. En effet, selon plusieurs cadres, la décision de l’administration qui a été soutenue par les instances locales de l’UGTA au niveau de la wilaya a été refusée en bloc par les travailleurs. Pis encore, Abdelmadjid Sidi Saïd aurait même instruit le premier responsable de l’UGTA au niveau de la wilaya de Sétif de soutenir les travailleurs et d’organiser des élections avec une seule urne.
Une pratique légale adoptée au niveau du centre depuis sa création en 1973. Cependant, le secrétaire général de wilaya de l’UGTA n’a pas jugé utile de suivre le conseil de la centrale syndicale et a “adopté” le choix de la direction de l’Urbas dont l’objectif n’est autre que d’assurer l’élection d’une personne actuellement membre du CP qui ne remplirait même pas les conditions pour siéger au comité de participation du centre. Il aurait même bénéficié d’un poste de responsabilité qui ne lui reviendrait pas de droit. “Pour imposer leurs candidats, ils ont entamé depuis plusieurs semaines une campagne d’intimidations et de pressions subies sur les travailleurs, notamment les chauffeurs, les secrétaires et les travailleurs avec des contrats à durée déterminée. Des signatures ont été collectées pour faire passer le choix adopté du directeur général”, nous dira un travailleur mécontent. “Cette décision d’organiser deux élections au niveau de la même entité régie par le même statut est illégale. Le premier responsable du centre veut diviser pour régner, sinon pourquoi faire deux urnes dont une pour le personnel technique productif et une autre pour le personnel administratif. Plusieurs préparatifs dont le transfert de personnels ont précédé la décision du DG”, nous diront plusieurs salariés du bureau d’études.
Il est à rappeler que l’instabilité prévaut au niveau de ladite direction depuis plusieurs mois. Les travailleurs dénoncent aussi le fait d’avoir écarté depuis deux années des cadres élus par leurs collègues au CP le 15 mai 2012 (PV n°386 du SGD) et validé une journée après par l’inspection du travail, pour être remplacés par B. A. Il est à signaler aussi que lors du mouvement de protestation, le premier responsable de la sécurité au niveau de la direction n’a pas donné signe de vie. Pour entendre l’autre son de cloche, Liberté a contacté le directeur général de l’Urbas. Il a tenu à souligner que son administration ne s’immisce jamais dans les affaires du syndicat. “L’organisation de deux votes est très légal, car à Sétif nous avons la direction générale qui compte 52 travailleurs et la direction régionale avec 48 personnes. Les travailleurs doivent d’abord élire leurs représentants au niveau de chaque direction pour élire après les membres qui siégeront au niveau de la DG”, nous dira M. Touati.

F. SENOUSSAOUI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER