Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Algérie profonde

Bréves de l'Est

BOUHADJAR (EL-TARF) : Les douars et mechtas manquent d’eau potable
Pendant que les autorités locales disent que le problème d’eau est résolu, les habitants d’Oued Zitoune (daïra de Bouhadjar), de Chouicha, Safar, d’Oum Hsan et bien d’autres ne cessent de crier leur soif. La plupart des mechtas et douar des communes d’Oued Zitoune et Hammam Beni Salah ne reçoivent l’eau que tous les quinze jours, d’autres n’ont pas de canalisations et de châteaux d’eau pour un approvisionnement régulier. La population de cette contrée n’a pas besoin du barrage de Bounamoussa (commune de Cheffia, daïra de Bouteldja) pour étancher sa soif mais les sommes colossales injectées dans les réseaux auraient suffi largement pour canaliser l’eau du Mcid qui surplombe les trois communes de la daïra de Bouhadjar (Oued Zitoune, Bouhadjar et Hammam Beni Salah). “Le problème du manque d’eau a été posé par l’ex-président d’APC d’Oued Zitoune lors d’un conseil de wilaya et continuera d’être encore soulevé par les nouveaux édiles des municipalités faisant partie de cette daïra de 55 000 habitants”, nous révèle un fonctionnaire d’APC. L’approvisionnement en eau potable des ménagères est un problème qui dure depuis bien une cinquantaine d’années et il persiste encore.
Tahar BOUDJEMAA


Feux de forêt à Mila : Des dégâts moins importants que l’année passée
 Les dégâts occasionnés au couvert végétal par les incendies à Mila sont moins importants cette année que l’été 2017. Un bilan de la Protection civile couvrant la période du 1er juin au 21 juillet en cours fait ressortir, en effet, une baisse de plus de 68% par rapport à la même période de l’année passée. Selon les statistiques établies par la Conservation des forêts, les sept feux enregistrés durant la période en question ont sinistré 7,253 ha d’essences forestières, un chiffre de loin en deçà de celui enregistré l’année passée à la même époque. En 2017, soulignent les rédacteurs du bilan de la Protection civile, les feux ont sinistré 75,5 ha de maquis et d’étendues forestières, soit une baisse chiffrée à 68,3%. S’agissant de la localité la plus affectée par ces feux, on retrouve la commune montagneuse de Bainan, où l’on déplore la perte de 5,5 ha de forêts dans trois incendies.
Kamel B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER