Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Algérie profonde

Bréves de l'Est

Souk-Ahras : Distribution de 452 logements sociaux de différents types
Un quota de 452 logements sociaux tous types confondus a été distribué, lundi, aux habitants des communes du sud-ouest de la wilaya de Souk-Ahras. Cette distribution, qui a coïncidé avec la commémoration du double anniversaire du 20-Août 1955 et 1956, englobe 52 logements sociaux, 50 logements participatifs et 350 aides au logement rural, répartis entre les localités de Taoura, Ouled Moumen, Oued Keberit, Sédrata, Khemissa, Aïn Soltane et Tiffech. Dans son allocution, le wali de Souk-Ahras, Abbes Badaoui, a souligné la poursuite des efforts dans l’application du programme présidentiel concernant le logement et a annoncé que d’autres opérations similaires auront lieu très prochainement dans les autres communes de la wilaya.
A. Allia

Aid el-Adha à Guelma : Les pères de famille laminés
Les pères de famille ont dû débourser la somme de deux mille dinars exigée par les égorgeurs professionnels lors du sacrifice du mouton de l’Aid El-Adha ! Cette année, ils ont décidé d'aligner ces honoraires pour se renflouer et ils sont tout de même très sollicités par les citoyens. Ammi Tahar, un retraité de l'éducation nationale, nous confie : “Les valeurs s'estompent car dans un passé récent, les voisins s'entraidaient volontiers lors de l'immolation du mouton de l'Aïd dans une ambiance conviviale et ils ne faisaient pas appel au service des égorgeurs qui demandaient le strict minimum. Aujourd'hui, ces bonnes habitudes ont disparu et il faut payer rubis sur l’ongle pour prétendre à ces prestations !” Des citoyens se sont rapprochés de Liberté pour déplorer ces dépassements qui saignent à blanc les familles déjà laminées par des dépenses multiples. En effet, comment tolérer que pour découper en morceaux un mouton, il faille débourser au bas mot 1 500 à 2 000 dinars ?
HAMID BAALI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER