Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Fièvre aphteuse

Des milliers de bovins vaccinés à Mila

Les services de l’inspection vétérinaire de la DSA de Mila viennent de lancer, à titre préventif, une campagne de vaccination du cheptel bovin contre la fièvre aphteuse.
Plus de 13 000 animaux ont été déjà immunisés contre le mal dans la wilaya. L’apparition de foyers de fièvre aphteuse dans la wilaya voisine de Sétif a mis la puce à l’oreille des responsables de l’inspection vétérinaire, encore stigmatisés par l’épisode de 2014, où l’épidémie a causé la mort de plusieurs dizaines de bovins.
En effet, les parties concernées ont acquis tout récemment 20 000 unités de vaccin à titre préventif et ont lancé des opérations de vaccination pour faire face à toute manifestation de la maladie. Pas moins de 13 207 bêtes sont déjà vaccinées, soit un taux de 66% des 20 000 vaccins acquis. Cela au moment où un lot de 60 000 autres vaccins est attendu au cours de cette semaine pour toucher l’ensemble du cheptel bovin non vacciné. Par ailleurs, ces services ont mobilisé 80 médecins vétérinaires, dont 37 du secteur privé, pour la couverture des 32 communes de la wilaya.
Des mesures supplémentaires sont également prises aux frontières de la wilaya avec les wilayas limitrophes de Sétif et Jijel. Les maquignons se rendant dans les marchés de la wilaya de Mila doivent, désormais, produire des certificats de santé de leur cheptel aux points de contrôle établis sur les routes. Les services vétérinaires, qui écartent pour le moment la fermeture des marchés aux bestiaux de la wilaya, appellent, par ailleurs, les éleveurs et les maquignons de la région à coopérer avec les services compétents par la déclaration des sujets malades ou suspectés comme tels afin d’éviter d’éventuelles contaminations du cheptel sain d’une part, et permettre, d’autre part, aux services vétérinaires d’intervenir à temps.
S’agissant du cheptel vacciné en 2014, dans la foulée de l’épidémie de cette année-là, il ne sera pas vacciné cette fois, car il est immunisé contre la maladie pendant une durée de cinq ans, soit jusqu’en 2019, précise-t-on.


Kamel B.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER