Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Bazer Sakhra (Sétif)

Deux nouvelles salles de soins bientôt opérationnelles

Deux infrastructures sanitaires verront bientôt le jour à la cité Meziane-Cherif et Laouazga © D.R.

Une enveloppe financière estimée à près de 4 milliards de centimes a été débloquée pour la réalisation de ces deux structures de santé de proximité.

La localité de Bazer Sakhra, située à une trentaine de kilomètres à l’est de Sétif, a bénéficié de deux nouvelles salles de soins, qui seront bientôt opérationnelles. Une enveloppe financière estimée à près de 4 milliards de centimes a été débloquée pour la réalisation de ces deux structures de santé de proximité. Selon le P/APC, la première structure est implantée à la cité Meziane-Chérif. Une enveloppe d’un montant de 1,8 milliard de centimes lui a été dégagé. La deuxième, quant à elle, sera située dans le village de Laouazga pour un montant de 1,9 milliard de centimes. “Ces structures seront dotées de logements de fonction. Le taux d’avancement des travaux de réalisation pour les deux salles a atteint 90%”, ajoutera notre interlocuteur. Par ailleurs, on apprend qu’une autre enveloppe estimée à plus de 500 millions de centimes a été dégagée par les autorités locales pour une opération de réhabilitation de 3 salles de soins. Selon notre source, cette opération, dont les travaux sont en cours, concerne les structures des villages de Braou, El-Nouacer et Zaouya. Il convient de souligner qu’en dépit des sommes colossales dégagées pour la réalisation de ces structures de santé de proximité, la prise en charge des patients demeure toujours en deçà des attentes. Pour preuve, le manque de personnel paramédical touche toutes les infrastructures sanitaires de cette commune, a-t-on appris également. “Les infirmiers affectés à ces salles ne travaillent que 3 heures pendant la journée. Au-delà de midi, ces structures sont fermées. Ces derniers qui quittent les salles tôt avancent le fait qu’ils assurent, aussi, le service à l’EPSP d’El-Eulma”, précise le président de l’APC.
Notons que la gestion de ces nouvelles infrastructures sera confiée à l’établissement public de santé de proximité (EPSP) d’El-Eulma.


A. LOUCIF

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER