Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Dégâts des inondations d’EL-KALA à EL-TARF

Entrepreneurs et bureaux d’études au banc des accusés

©D. R.

Après les inondations qui ont failli provoquer une catastrophe, des voix s’élèvent et dénoncent le manque de sérieux des bureaux d’études dans la wilaya. Ces derniers empochent des milliers de dinars pour un travail qui peut se faire par n’importe qui. Et pour cause, les bureaux d’études au lieu de s’adonner à un travail sérieux sur le terrain se contentent dans la majorité des cas de la pratique “copie-coller” des plans. Une astuce devenue de nos jours à la mode dans de nombreux domaines. Sinon comment expliquer le fait que les bâtiments abritant des centaines de familles ont été montés sur un terrain sablonneux donc sujet aux affaissements dès que apparaissent les premières pluies. Les images dont nous disposons et celles qui se relayent sur les réseaux sociaux prêtent à l’inquiétude. Des architectes de renom nous ont confirmé que vue la catastrophe qui a frappé la nouvelle cité, El Méridima, située à la sortie du chef-lieu de daïra d’El-Kala, prouvent si besoin y est qu’aucune étude pour l’implantation des nombreux bâtiments mettant en péril la vie des citoyens pour la majorité écrasante de souche sociale laissant à désirer. La situation est identique pour la réalisation des trottoirs dont plus de soixante pour cent, nous disent des ingénieurs, ne disposent pas de système d’évacuation d’eau de ruissellement répondant aux closes des cahiers des charges. Même constat pour les études faites pour mettre un terme aux inondations qui  frappent presque chaque hiver les localités de la wilaya. Ces apprentis architectes de bureau d’études empochent des sommes faramineuses sans que les autorités leur demandent des comptes même après les catastrophes. Contactés hier pour s’enquérir de leur situation après ce qui s’est passé vendredi matin, les habitants vivent dans l’angoisse. La peur a gagné les habitants, les bambins, voire même les locataires dans le voisinage après avoir vu les affaissements de terrains, canalisations éventrées qui ont touché nombre de bâtiments de leur nouvelle cité. Les habitants sollicitent les autorités locales pour l’ouverture d’une enquête, sérieuse, pour trouver les failles et de punir sévèrement les auteurs. À El-Tarf, il suffit d’avoir un compte bien fourni en banque pour prétendre à être entrepreneur. Un métier qui revient en principe à des diplômés de l’université ou à la rigueur à des techniciens supérieurs en bâtiment pour avoir le fameux agrément de nos jours distribué sans qualification à des connaissances ou des personnes influentes. Il est temps de revoir les conditions d’attribution afin de mettre à l’abri la vie des citoyens lambda. Il faut dire qu’aujourd’hui les agréments sont distribués comme des baguettes de pain.

BOUDJEMAA  Tahar


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER