Scroll To Top

L’Algérie profonde / Est

Un préjudice de plus de six milliards de centimes enregistré en 2019

Jijel : le pillage de sable menace le littoral

Le pillage de sable, une agression contre l’environnement. © D.R.

Le nombre des affaires traitées en hausse par rapport à 2018.

Au-delà de son caractère menaçant du littoral, le pillage du sable à Jijel est devenu une affaire de réseaux sévissant en bandes organisées. C’est ce que relèvent les services de la Gendarmerie nationale, qui font état du démantèlement de nombreux réseaux dans le cadre du plan d’action mis en place pour lutter contre ce fléau. Rien qu’en 2019, 34 affaires liées au pillage de sable ont été enregistrées par les mêmes services. 
Traitées à 100%, ces affaires ont permis l’arrestation de 12 personnes, dont 7 ont été écrouées et 5 autres laissées en liberté provisoire. Le nombre des affaires traitées est en hausse par rapport à 2018 où 18 affaires ont été signalées, dont seulement 76% ont été traitées. Selon le bilan établi au titre des opérations menées durant 2019, les unités de la Gendarmerie nationale ont saisi un lot de matériel utilisé dans l’extraction et le transport du sable composé de 34 camions, 3 véhicules, 1 tracteur, 1 rétrochargeur, 2 ânes et 12 motocycles. Estimées à 2467 m3, les quantités de sable saisies durant ces interventions représentent l’équivalent, selon les précisions de la Gendarmerie nationale, de 75 camions de grand tonnage (20 t) pour une valeur de plus de 6 milliards de centimes. Lors d’un point de presse tenu récemment au siège de son groupement, le premier responsable de la Gendarmerie nationale à Jijel, le lieutenant-colonel Tarek Yaalaoui, a également préconisé des solutions administratives pour lutter efficacement contre ce fléau, qui ne cesse de prendre de l’ampleur en dépit des mesures prises pour l’éradiquer. À ce titre, il fait appel à d’autres mesures de la part de l’administration pour les joindre aux efforts de lutte contre le pillage de sable. L’une de ces mesures a déjà consisté en la mise en place de blocs en béton pour barrer l’accès des plages aux camions des trafiquants de cette matière, qui demeure très demandée de par la multiplication des chantiers de construction.
 

Amor Z.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER