Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’ALGÉRIE PROFONDE / Est

Entrepreneuriat à Mila

La femme sort des sentiers battus

Ahmouda Ahmed Zinedine (à droite), wali de Mila, lors de la Caravane de l’entrepreneuriat, en novembre dernier. ©D. R.

Les statistiques établies par les organismes d’emploi font ressortir une présence féminine de plus en plus grandissante.

La gent féminine investit le monde de l’entrepreneuriat à Mila. Certes timidement encore, mais toujours est-il que sa présence  dans le monde des affaires, un domaine longtemps considéré comme une chasse gardée des hommes, est en lui-même un défi, ou du moins un signe d’émancipation. En effet, on est loin des profils stéréotypés qui présentaient la femme de cette région de l’intérieur du pays comme une ménagère soumise et entièrement dépendante du bon vouloir du chef de famille. Les statistiques établies par les organismes d’emploi (Cnac-Ansej) font ressortir une présence féminine de plus en plus grandissante dans le monde de l’entrepreneuriat. Elles sont au nombre de 707 cheffes d’entreprises sur le territoire de la wilaya. Plus de 18% des projets de microentreprises créées en 2017 grâce aux prêts Cnac, l’ont été par des femmes. La directrice de cette organisme à Mila affirme que 9 microentreprises des 49 créées en 2017 ont été concrétisées par des femmes, ce qui représente environ 18,4%. Et ce chiffre constitue une nette amélioration des “prouesses” réalisées par la femme locale par rapport à ceux des trois dernières années. La proportion des femmes dans le monde des affaires était de seulement 11,2% en 2014, avant de passer à 12,1% en 2015, puis à 13,4% en 2016. Au total, les femmes traitant avec le dispositif de la Cnac ont à leur actif pas moins de 167 microentreprises. Mieux : elles poussent, désormais, leur audace jusqu’à rivaliser avec les hommes dans des secteurs typiquement masculins, comme ceux de l’agriculture et l’élevage. “La majorité des femmes porteuses de projets économiques ont investi dans les services : cliniques médicales, cabinets dentaires, pharmacies, bureaux d’études ; mais on a aussi des femmes éleveurs de bovins et d’autres productrices d’aliments de bétail”, assure Selwa Lezzar, directrice de la Cnac. Côté Ansej, les femmes porteuses de projets sont plus nombreuses. Le directeur de cet organisme de soutien à l’emploi des jeunes affirme, pour sa part, que pas moins de 540 entreprises fondées grâce au soutien financier de l’Ansej appartiennent à des femmes, soit un taux de 7% de l’ensemble des entités économiques concrétisées grâce à cet organisme.
C’est donc dire que, malgré le poids des traditions locales, la femme milie commence à faire son petit bonhomme de chemin, loin des sentiers battus.

Kamel B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER