Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Biskra

La poterie de M’chounèche aux oubliettes

© DR

À l’instar du bijou chaoui, le tapis, la melhfa, la poterie a une place non négligeable dans le patrimoine matériel auressien. Si pour les autres richesses l’État a consacré des journées d’études, des portes ouvertes, des conférences et des budgets pour la sauvegarde et la pérennisation, la poterie n’a, hélas, bénéficié d’aucune promotion. Bien au contraire, elle est tombée dans l’oubli et la marginalisation. Au sud des Aurès, à M’chounèche (wilaya de Biskra), une unité de poterie a vu le jour dans les années 70 et ne cesse de perpétuer cette tradition bien auressienne. Le gisement existe et l’argile est de très bonne qualité, nous dit le jeune responsable de l’unité, Djamel Ifri, qui emploie 14 ouvriers, entre tourneur, préparateur d’argile et décorateur. “Notre petite entreprise a connu des moments difficiles. Nous avons frôlés la faillite plusieurs fois à cause de la difficulté dans l’écoulement de notre produit, en plus du fait que M’chounèche se trouve dans un cul-de-sac. De nos jours, la situation s’améliore. Les moyens de communication sont meilleurs. D’ailleurs, nous recevons beaucoup de commandes. Avec une meilleure stratégie, nous contribuons dans la relance du tourisme, du moins dans les Aurès”, nous a confié Djamel Ifri. Aussi bien le responsable que son équipe manifestent un désir profond de voir leur manufacture aller de l’avant et conquérir de nouveau le marché. Par ailleurs, on constate que le poste de tourneur au sein de la Sarl Poterie de M’chounèche est un poste clé, nous dit un ouvrier. Mais la petite fabrique en manque, en dépit de plusieurs démarches auprès des responsables des différentes écoles de formation professionnelle, aussi bien privées qu’étatiques, afin d’orienter les élèves vers cette filière – tourneur – sachant que les stagiaires bénéficient de plusieurs faveurs, dont un présalaire consistant. Pourtant, ce ne sont ni les moyens ni la volonté qui manquent, pour peu qu’on encourage et à un degré moindre on laisse faire les jeunes qui ont la volonté, la fougue et la perspicacité.


H. Tayeb


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER