Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

La Polyclinique Delfi-Brahim de Aïn BeÏda (Oum El-Bouaghi)

La santé face à l'insalubrité du commerce informel

Le commerce informel ne cesse de gangrener les espaces publics en les squattant à chaque fois, rendant parfois l’accès difficile à certaines structures à l'exemple des clôtures des écoles et autres infrastructures. Pour cela l'exemple  de l'espace avoisinant la polyclinique “Delfi Brahim” de AÏn Beïda en est révélateur de par sa transformation en un lieu insalubre jonché de toutes sortes de détritus et immondices de fruits et légumes, et dégageant une odeur suffocante d'urine résultant de l'absence de sanitaires sur les lieux (cité de la Palestine). La situation de cet établissement sanitaire, qui a fait auparavant l'objet de nombreux articles de presse, fait l'objet de récidive en l'absence de mesures rigoureuses à même d'éliminer ce phénomène portant préjudice à une structure prenant en charge la santé des citoyens. Même les déchets ménagers demeurent entassés, selon des citoyens pour de longue période dans ces lieux, qui attirent la nuit les chats et chiens errants, et les moustiques qui ne cessent de proliférer, d’autant plus que l'éclairage public fait largement défaut. Pire, le personnel de la polyclinique souffre le martyre au quotidien, face à des commerçants de l'informel décidés coûte que coûte à exposer leurs marchandises, notamment le week-end, et ne sait à quel saint se vouer face à cette situation déplorable. Enfin le squat des espaces publics par le commerce informel n’est pas propre à cette polyclinique, puisque les entrées et les clôtures de certains établissements scolaires tels que l’école Yousfi  Hacène, CEM  Bentbibel du chef-lieu de wilaya subissent le même sort.

K. Messaad


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER