Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Abattoir régional de Aïn M’lila (Oum El-Bouaghi)

L’activité au ralenti

L’abattoir n’est exploité qu’à 4,81% de sa capacité réelle. ©D. R.

La structure a concrétisé l'abattage de plus de 3 430 têtes d'ovins et 157 têtes de bovins durant les trois premières semaines du mois de ramadhan. Une réalisation loin des objectifs pour lesquels elle a été mise en place.

L'abattoir régional des viandes rouges de Aïn M’lila (61 km à l'ouest d'Oum El-Bouaghi), fonctionnel depuis quelque temps, a réalisé depuis le début du mois sacré l’abattage de plus de 3 430 têtes d'ovins et 157 têtes de bovins, selon des sources concordantes. Afin de veiller à l’hygiène nécessaire à l'opération, 2 vétérinaires supervisent et contrôlent rigoureusement l'opération d’abattage. Cet abattoir, qui demeure l'un des trois complexes régionaux du genre à l’échelle nationale, a coûté au Trésor public une enveloppe de 3 milliards de DA. Conçue pour une capacité d'abattage de 1 200 ovins/jour et 80 bovins/jour, cette structure, appartient au groupe Agro-logistique, gérée par l'EPE l'Algérienne des viandes rouges (Alviar SPA). Une réalisation au demeurant loin des objectifs pour lesquels la structure a été mise en place. Ces chiffres, qui représentent à peine 2,85% pour les ovins, et 1,96% pour les bovins, renseignent sur l'incompatibilité totale des réalisations durant le mois sacré (où l'abattage a atteint le pic chez les bouchers) avec les équipements et moyens sophistiqués consentis par les pouvoirs publics, destinés pour la couverture de 17 wilayas de l'Est. Pourtant, l'élevage constitue une activité essentielle dans la région. Néanmoins, avec une activité agricole tributaire de la générosité du ciel en l'absence de l'irrigation et des fellahs réticents à l'utilisation des techniques culturales pour développer les filières, la wilaya d'Oum El-Bouaghi demeure loin de l'objectif consistant à relever le défi en termes de valeur de production, prôné par le ministre de l'Agriculture. Car ce dernier n'a pas mâché ses mots, lors de la visite de travail entamée dans la wilaya au mois de janvier 2018 : “Avec une superficie moins que celle de la wilaya d'Oum El-Bouaghi, d’autres wilayas ont concrétisé des résultats encourageants et prometteurs en décuplant la production. Pour changer la situation, il faut une stratégie, d’autant plus que les pouvoirs publics ont fourni toute l'aide et l'assistance nécessaires aux professionnels.”

K. Messaad


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER