Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Payement des pensions des retraités algériens de France

Le calvaire perdure à la BADR de Sétif

Les mauvaises prestations de service portent préjudice à plus de 4 000 retraités. © D.R.

Ceux disposant de comptes devises se plaignent du service et des conditions d’accueil jugées lamentables au niveau des différentes agences.

Les clients de la BADR (Banque de l’agriculture et du développement rural) de Sétif, notamment les retraités disposant de comptes devises, se plaignent du service et des conditions d’accueil jugées lamentables au niveau des différentes agences de la wilaya, notamment l’agence Est 709 de la cité des 1014-Logements. Cette dernière qui a élu domicile depuis plusieurs années dans un vide sanitaire de la cité des enseignants au nord-est de la ville, est devenue trop exiguë pour contenir tous ses clients. En effet, plus de 4 000 retraités y sont affectés sans pour autant disposer du personnel nécessaire en mesure de présenter les prestations attendues. Pis encore, selon des clients qui ont pris attache avec notre rédaction, parfois ce sont les pannes d’imprimantes et de micros qui compromettent le payement des pensions. Chaque jour que Dieu fait, des files interminables se forment dès les premières heures de la journée, voire dès la nuit. Certes la charge de travail est trop grande, cependant le sempiternel problème de manque d’organisation envenime la vie des usagers qui ne savent à quel saint se vouer. Faute de chaises et de bancs, les vieillards  dont certains souffrent de maladies chroniques sont debout, d’autres assis à même le sol, et attendent pendant plusieurs heures pour pourvoir encaisser les quelques euros envoyés par les caisses de retraite françaises. Il est à signaler que les clients déposent leur carte d’identité trois à quatre jours avant d’être payés. Une sorte de réservation. “J’ai déposé ma carte d’identité dimanche et je suis revenu aujourd’hui mercredi pour récupérer la pension de ma mère âgée de 85 ans”, nous dira Noureddine. Et de renchérir : “Dimanche je suis venu à 4 heures du matin pour avoir une place dans la chaîne. J’ai trouvé une vingtaine de personnes avant moi. L’agence n’ouvre ses portes qu’à 9 heures. On m’a demandé de revenir trois jours après pour être payé. Comme vous voyez, il est 11 heures et je ne suis pas encore payé”. Selon les clients que nous avons rencontrés sur les lieux, l’agence appelée communément la banque des 1014-Logements compterait plus de 4000 clients ayant des comptes en devises. Au grand dam de ces derniers, un seul agent est chargé du payement en devises. Chaque jour, seulement une quarantaine, voire une cinquantaine sont payés. Les pannes dites du réseau sont un autre problème, voire un prétexte avancé par les employés de la banque. Par ailleurs, les usagers ont soulevé un autre problème, pour les personnes ayant une procuration, le dépôt d’un certificat de vie du titulaire du compte est obligatoire, cependant cette dernière d’une durée de validité de seulement trois jours risque d’être périmée si la banque n’effectue pas le payement dans les trois jours qui suivent le dépôt de la carte d’identité. Pour entendre l’autre son de cloche, nous avons essayé de contacter les responsables de l’agence mais en vain.


FAOUZI SENOUSSAOUI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER