Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Manque de petite monnaie à Guelma

Le citoyen pénalisé

© D. R.

Un phénomène inquiétant a pris de l’ampleur ces dernières années, au grand dam du citoyen lambda qui est toujours l’otage de certains caissiers des secteurs public et privé qui prétextent le manque, voire l’absence de monnaie courante. En effet, pour des raisons indéterminées, il est quasi impossible de trouver de la petite monnaie et surtout les pièces de cinquante centimes et d'un, deux ou cinq dinars dans tout le circuit. Cette carence engendre des dépassements intolérables qui ne suscitent aucune réaction des pouvoirs publics. À titre d’exemple, quand un abonné règle sa facture, le caissier arrondit inéluctablement le montant par excès. Ammi Ali, un retraité d’une société nationale, nous rapporte ces dépassements : “Dernièrement, je m’étais présenté au guichet de Sonelgaz pour régler mes redevances trimestrielles de gaz et d’électricité, dont le montant s’élevait à 3243,65 DA. J’avais remis au guichetier 3300 DA, et ce dernier m’a rendu, contre toute attente, une pièce de 50 DA en marmonnant qu’il n’avait pas de monnaie. Il est aisé d’imaginer en fin de journée les gains substantiels réalisés sur le dos de centaines d’usagers qui n’osent pas réclamer leur dû !” Un autre citoyen qui a suivi avec attention la discussion renchérit : “Même les pharmacies pratiquent cette arnaque au détriment de pères de famille laminés par la crise économique et la diminution effroyable du pouvoir d’achat ! J’avais présenté une ordonnance à un employé d’une pharmacie du chef-lieu de wilaya et il m’a été réclamé le plus simplement du monde la somme de 1400 DA pour un montant réel de 1392,23 DA ! Le préposé ne s’est pas excusé du tout, et il n’a pas du tout apprécié ma légitime réclamation !” De tels exemples sont courants et nul n’ose se rebiffer sous peine d’être taxé de macho et de radin ! De toute évidence, les commerçants se plaignent quotidiennement de l’indisponibilité des pièces de monnaie et même des billets de banque. Certains se ravitaillent auprès des receveurs de bus du transport urbain qui se permettent une marge bénéficiaire sur le change.


HAMID BAALI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER