Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Réalisation du village touristique d’Oued El-Ghanem de Annaba

Le projet totalement à l’arrêt

Le village touristique d’Oued Ghanem, laissé à l’abandon. © D.R.

Annoncé en grande pompe comme un fleuron de la zone d’expansion touristique non encore viabilisée, ce projet devait être réceptionné, cette année, au début de la saison estivale.

Lors de sa première sortie de travail, lundi, à Chetaïbi, le nouveau wali de Annaba a été désagréablement surpris. Et pour cause, un projet qui n’arrive pas à voir le jour. Il s’agit du projet de réalisation du village touristique d’Oued El-Ghanem, une région boisée et isolée, située à quelque 7 km du chef-lieu de la commune de Chetaïbi, et implanté dans la baie ouest mondialement connue pour ses grandes potentialités touristiques.
Annoncé en grande pompe comme un fleuron de la zone d’expansion touristique non encore viabilisée, ce projet devait  être réceptionné, cette année, au début de la saison estivale. Cependant, un seul bungalow en bois sur les 220 prévus a été réalisé sur la superficie de 5 ha qui lui a été réservée.
Par ailleurs, dès que le visiteur accède au site à partir d’une route de 3 km, en cours de travaux, il est rapidement frappé par l’absence de tous les moyens susceptibles d’augurer un quelconque avenir au projet. À commencer par l’absence de réseau d’énergie électrique, de l’AEP et, surtout, la sécurité.
Au sujet des travaux de terrassement, on note l’inexistence de réseau d’assainissement des eaux usées, encore moins de station d’épuration, autrement dit les eaux seront “larguées” directement à la mer en passant forcément au beau milieu de la plage. Dans le même sillage, le projet de la ZET de la baie ouest, dont les travaux lancés en grande pompe en 2014, est toujours à l’arrêt.
Le projet en question est considéré comme étant le premier aménagement à être réellement lancé sur le terrain en Algérie, avec en plus des assiettes foncières aménagées et prêtes à recevoir des projets d'investissement. Les raisons avancées au chef de l’exécutif portent sur l’absence du plan d’aménagement touristique (PAT), que la wilaya n’arrive pas, quatre années durant, à établir, et ce, pour plusieurs raisons. En effet, lancés au lendemain d’une visite ministérielle, les travaux d'aménagement de la zone d'expansion touristique de la baie ouest ont été suspendus quelques mois après. Un problème a surgi, d’une part, avec les expropriés terriens qui ont refusé le coût de dédommagement fixé par l’État dans le cadre de l’utilité publique et demandent une revalorisation et, d’autre part, l’agression flagrante du patrimoine de l’État par l’avancée des constructions illicites. Cette situation a permis aux expropriés de gagner du temps et de l’argent. Sur les lieux, les constructions illicites sur la partie dominant la baie ouest continuent de pousser comme des champignons sous le nez des autorités locales, qui n’arrivent pas à y mettre un terme. Aujourd’hui, il devient difficile de croire que le développement touristique sera lancé dans cette partie de la wilaya, où le régionalisme et le tribalisme sont monnaie courante.
En effet, si les travaux du projet en question sont à l’arrêt en raison du refus des propriétaires terriens, ce n’est pas le cas des constructions illicites qui prolifèrent sur des terrains appartenant au domaine public, dominant la baie ouest.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER