Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Sétif

L’eau minérale stockée… au soleil

© D. R.

La consommation de l’eau minérale ne cesse d’augmenter dans la wilaya de Sétif, notamment durant cette période estivale caractérisée par les grandes chaleurs. Pour répondre à la demande croissante des consommateurs, les kiosques, épiceries et superettes s’approvisionnent en grandes quantités de différentes marques d’eau minérale. Le hic, c’est que de nombreux propriétaires de ces magasins sans scrupules ne respectent pas les normes sanitaires lors de l’exposition et de la vente. En effet, nous avons constaté, lors d’une virée, que ces derniers procèdent au stockage de grandes quantités de fardeaux d’eau minérale sous un soleil de plomb. Le constat est le même au chef-lieu de wilaya, El-Eulma, Béni Aziz et Amoucha où une grande quantité d’eau minérale est exposée aux rayons du soleil et à des températures élevées, contrairement à ce qui est mentionné sur l’étiquette de la bouteille d’eau minérale “À conserver à l’abri du soleil et de la chaleur”. Certains propriétaires qui ont accepté de répondre à notre question soulignent que l’espace à l’intérieur ne permet pas d’abriter toute la quantité de l’eau minérale exposée à la vente. Pis encore, le transport des eaux minérales n’est pas conforme aux normes sanitaires. Selon l’avis des spécialistes en polymères, le polyéthylène téréphtalate (PET), utilisé notamment dans les bouteilles d’eau, a des dangers potentiels sur la santé. “Le plastique contient des composants dangereux pour la santé, comme le bisphénol. Sous l’effet de la température, le transfert de molécules nocives comme l’antimoine dans les eaux minérales à partir du plastique serait facile. Il est donc fortement déconseillé de laisser ces bouteilles exposées au soleil”, expliquera un chercheur de l’université de Sétif 1, spécialiste en polymères. À noter que les services chargés de la protection des consommateurs sont comme toujours aux abonnés absents.


A. LOUCIF


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER