Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Entre rencontre avec la société civile et visite de chantiers

Les assurances du wali de Souk Ahras

Les travaux de réalisation des logements accusent un retard considérable. ©D. R.

Il estimera légitimes les revendications des citoyens, tout en faisant remarquer qu'il faut cerner d'abord les priorités.

Pour sa première sortie sur le terrain, M. Badoui Abbès, le wali de Souk Ahras, s’est rendu dans les communes les plus éloignées de sa circonscription territoriale. À Oued Kéberit, qui se trouve à plus de 60 km du chef-lieu de wilaya. Le chef de l'exécutif a inspecté les 30 logements publics locatifs (LPL), projet qui entre dans le programme quinquennal 2010/2014 pour une demande de 208 souscripteurs. Il a été, ainsi, expliqué au chef d’exécutif que les travaux, qui ont démarré le 26/5/2014 pour un délai de 26 mois, connaissent un retard conséquent, mais que la réception de ce projet est fixée à février 2018. Toujours dans cette commune, il s'est enquis des taux d'avancement des travaux de VRD des lotissements devant être créés dans le cadre du développement de l'offre foncière publique dans les wilayas, projet qui concerne, ici, 140 lots pour une superficie de 25 691 m2. À ce sujet, M. Badoui a demandé à ce que le nombre de lots soit revu à la hausse si les demandes sont solvables, et ce, dans le cadre du développement d'un pôle au niveau du carrefour de Oued Kéberit. Toujours dans cette localité, le wali s'est rendu à la centrale photovoltaïque, où il lui a été indiqué que cette installation de 15MWC implantée sur une superficie de 30 ha avec une tension d'injection de 30 kV, s'inscrit dans le cadre du programme national des énergies renouvelables et d'efficacité énergétique. Le réseau de renforcement de l'AEP de l'agglomération de Bir Hadj Tayeb, qui entre dans le programme de réhabilitation des réseaux d'alimentation en eau potable des grands centres urbains sur 35 km linéaires, a été également inspecté lors de cette visite marathon. L'impact social de ce projet est la mobilisation d'un débit de 6l/s pour alimenter en eau potable les 600 habitants de cette agglomération, apprendra-t-on. Devant l’urgence de cette demande, le wali a fixé une date butoir d'un mois pour rendre ce projet fonctionnel. À Terguelet, deuxième étape de sa visite, le chef de l'exécutif a inspecté les 50 logements (LPL) lancés le 23/02/2014 pour un délai de 28 mois et qui connaissent eux aussi un retard considérable. Non satisfait des explications reçues, le wali a sommé l'entreprise en charge du projet de les livrer le 1er novembre. Au niveau de la salle des sports qui a été réceptionnée le 03/01/2016, du centre de santé, un projet inscrit dans le cadre du programme des Hauts-Plateaux, M. Badoui a été tout aussi intransigeant sur la qualité des travaux. À Oum Ladhaim, enfin, dernière étape de sa tournée au sud de la wilaya, le chef de l'exécutif a inspecté le projet des travaux de VRD primaire et secondaire des 150 logements du POS 4, qui sont presque achevés, le chantier de réalisation d'une gare routière lancé le 20/6/2017 pour un délai de 12 mois dont le taux d’avancement est de 51%. Évoquant l’exploitation future de cette structure, il a demandé à ce que l’on prépare d’ores et déjà un cahier des charges type pour l'ensemble de la wilaya afin de céder ce genre de projet en concession. Lors de sa rencontre avec la société civile, M. Badoui a rassuré les citoyens qu'il est venu pour écouter et recueillir leurs doléances. Il prendra ainsi note du manque de structure écolière à Oum Ladhaim, l'approvisionnement en eau potable, l'électricité, le gaz naturelle, routes, la non exploitation d'un château d'eau qui date de 2000, l'absence d'une antenne de l'Anem, une banque agricole pour faciliter les transactions avec les fellahs, l'absence d'une maternité et l'octroi d'une autre ambulance. Le wali estimera comme légitimes les revendications des citoyens en faisant remarquer à ces derniers qu'il faut cerner d'abord les priorités.

Hocine FARROUKI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER