Scroll To Top

L’Algérie profonde / Est

Absence de commodités dans la localité de Tizi N bechar (Sétif)

Les habitants dans le désarroi

La galère des citoyens. © D. R.

Le manque des commodités basiques (route, éclairage, eau potable, gaz, etc.) pousse les habitants à quitter le village.

Les habitants du village El-Ma-Ali, dans la commune de Tizi n Bechar, au nord de Sétif, se plaignent toujours du manque de projets de développement pour leur localité. Entre autres problèmes soulevés par les habitants, l’état catastrophique de la route qui relie leur bourgade au chef-lieu de commune. “Nous avons toujours demandé la réhabilitation de la route qui est devenue impraticable et cause beaucoup de désagréments à ses usagers.

On ne peut pas parler de développement sans la route. Tout passe par la route et cette dernière ne fait que se dégrader au point où elle est devenue impraticable. En hiver, même avec des bottes, on ne peut pas s’en sortir. Nous interpellons les autorités locales à se pencher sur cette sempiternelle revendication”, lance Noureddine, un habitant de la localité.

Sur un autre volet, d’autres habitants du village soulèvent le problème de l’absence de l’éclairage public et du raccordement aux réseaux du gaz naturel et de l’électricité de pas moins de soixante foyers dans la région. “La nuit ou tôt le matin, vous ne pouvez pas sortir de la maison car il fait très noir. Des chiens errants qui pourraient avoir la rage sillonnent les artères du village et l’insécurité règne dès le coucher du soleil”, a soutenu un autre habitant et représentant des habitants, en évoquant le froid rigoureux qui sévit dans la région.

D’où, selon lui, la nécessité de la raccorder au réseau de gaz naturel afin d’atténuer un tant soit peu la souffrance des habitants. S’agissant de l’approvisionnement en eau potable, les villageois indiquent que cette dernière ne coule qu’une seule fois tous les cinq jours.

Une véritable crise d’approvisionnement en ce liquide précieux, qui agace les habitants qui se sont plusieurs fois plaints auprès des services concernés, en vain. “Nous ne savons plus à quel saint nous vouer. Toutes nos réclamations sont restées lettre morte”, dénonce un villageois, qui souligne que les habitants sont en train de quitter le village à cause du manque, voire de l’absence des commodités qui pourraient les fixer.

Par ailleurs, le président de l’APC, Saber Abdelhamid, a assuré que l’Assemblée qu’il préside ne fait pas de distinction entre les régions. Selon lui, le manque d’enveloppe financière pour satisfaire toutes les demandes a compromis les opérations demandées par les citoyens.

S’agissant de l’état de la route, le premier responsable de la commune a reconnu qu’il est catastrophique, avant d’annoncer la programmation de sa réhabilitation par les services communaux. Il s’agit d’abord de procéder à la réalisation du projet du réseau d’assainissement pour lequel 

l’Assemblée a consacré 300 millions de centimes. Pour la réhabilitation du tronçon routier, le maire n’a divulgué ni la date de réalisation du projet ni le montant de l’enveloppe financière qui lui sera consacrée. Il a toutefois précisé que la fiche technique dudit projet a été établie. 

En outre, l’APC vient de réceptionner, a indiqué l’édile communal, le projet de réhabilitation d’un réseau d’approvisionnement en eau potable qui sera très prochainement mis en service.

Toutefois, ce sont les habitants eux-mêmes qui réaliseront les branchements de leurs foyers au réseau d’AEP. Pour le P/APC, la prise en charge de l’électrification relève actuellement de l’impossible à cause du déficit enregistré en matière d’enveloppes financières pouvant prendre en charge le montant qui sera alloué à l’opération.

En outre, il a annoncé que le problème de raccordement des foyers au réseau de gaz naturel figure parmi les priorités des élus de l’Assemblée qu’il préside. Il reste que tout est fin prêt, a-t-il rassuré, pour le lancement du projet tant attendu par la population. L’entreprise désignée entamera les travaux dès qu’elle termine la réalisation d’un autre projet à Aïn El-Kebira.
 

Faouzi SENOUSSAOUI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER