Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Cadre de vie à Aïn Arnat (Sétif)

Les habitants de Mehdia en revendiquent l’amélioration

Les habitants de l’agglomération urbaine de Mahdia (commune de Aïn Arnat, à une dizaine de kilomètres à l'ouest de Sétif) réclament l’amélioration de leur cadre de vie. En effet, cette localité qui compte près de 10 000 âmes fait face à de nombreux problèmes auxquels sont confrontés les habitants. Selon des citoyens qui ont pris attache avec notre rédaction, l’épineux problème du manque de l’eau potable demeure toujours un véritable casse-tête. “Cela fait des années que notre localité souffre à cause de la pénurie de ce liquide précieux. Le projet d’alimentation n’a pas été réalisé selon les normes. Les habitants sont contraints de recourir à l’achat des citernes souvent à 1 000 DA l’unité”, nous dira un habitant. Les habitants soulèvent aussi le problème de la surcharge des classes qui s’est sérieusement répercuté sur les résultats des élèves. “Certaines classes des trois écoles que compte notre localité comptent plus de 50 élèves. Notre localité a besoin d’un autre établissement scolaire pour mettre fin à la surcharge des classes”, expliquera un autre habitant. Les mêmes habitants réclament l’accélération des travaux de la polyclinique qui accusent beaucoup de retard à cause de l’arrêt des travaux à maintes reprises. “Les promesses fournies par les différents responsables d’ouvrir cette structure de santé n’ont pas été tenues. La salle de soins ne répond plus à nos attentes”, ajoutera notre interlocuteur.
De son côté, le P/APC a souligné que les habitants ont refusé le raccordement de leur localité au barrage de Aïn Zada, à l’instar des autres villages et du chef-lieu communal. Il a précisé par ailleurs que le taux d’avancement des travaux de réalisation de deux classes d’extension à l’école Gandoura-Saïd est de 10%, tout en ajoutant qu’une proposition sera faite pour la réalisation d’un groupement scolaire pour mettre fin au problème de la surcharge des classes. “Il faut signaler que cette localité a bénéficié durant les quinze dernières années de près de 100 milliards de centimes pour le développement local”, conclut-il.


A. LOUCIF


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER