Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Agriculture urbaine à Ras El-Ma (Sétif)

Les riverains dénoncent les nuisances

L’agriculture urbaine, cause de la détérioration du cadre de vie. © D.R.

En effet, ces derniers n’ont pas manqué de dénoncer l’existence depuis longtemps de deux exploitations agricoles collectives (AEC) qui sont implantées en plein centre-ville de celle localité.

Les habitants de la localité de Ras El-Ma relevant de la commune de Guidjel, au sud-est de Sétif revendiquent l’amélioration de leur cadre de vie qui ne cesse de se dégrader de jour en jour. Selon des riverains rencontrés, l’agriculture urbaine est la  cause de la détérioration de leurs conditions de vie. En effet, ces derniers n’ont pas manqué de dénoncer l’existence depuis longtemps de deux exploitations agricoles collectives (AEC) qui sont implantée en plein centre-ville de celle localité qui abrite toutes les administrations, dont les sièges de l’APC et de la daïra de Guidjel.
Lors de notre visite, nous avons constaté que ces exploitations agricoles sont implantées en plein centre de cette localité de population très dense. “Cette exploitation agricole qui date de plusieurs années est notre voisin direct, elle est située, comme vous voyez, entre la cité 45-Logements et l’Établissement hospitalier spécialisé dans la rééducation fonctionnelle de Ras El-Ma”, nous dira Rabah un résident de la cité 45-Logements. Également, le siège de daïra se trouve à près de 100 mètres seulement de l’exploitation agricole appelée Menni-Mahmoud a-t-on constaté. “Nous subissons  tous les jours une foule de désagréments: odeurs pestilentielles, vagues de moustiques, bruits à toute heure...” explique notre interlocuteur, s'étonnant du laxisme des autorités face à la présence de grands hangars dans le tissu urbain. Les habitants que nous avons rencontrés disent, faut-t-il souligner, qu’ils ont saisi à maintes reprises les autorités locales (APC et daïra) pour trouver une solution définitive à ce problème qui n’a que trop duré, malheureusement, en vain. Notre interlocuteur a souligné aussi que les riverains de cette cité sont contraints de ne pas ouvrir les fenêtres tout le temps à cause de l’odeur qui se dégage de ces étables à ciel ouvert. “Beaucoup de personnes ont contracté des maladies notamment l’allergie.
Nos enfants ne peuvent pas sortir à l’extérieur à cause de ces nuisances.
Par ailleurs, un employé de l’Établissement hospitalier spécialisé dans la rééducation fonctionnelle de Ras El-Ma nous a dit que cette situation pénalise énormément  le personnel au même titre que les patients de cette structure de santé. Pis encore, une décharge sauvage a pris forme à proximité de cette structure de santé. “La situation est devenue insupportable du fait de l’odeur nauséabonde qui se dégage tout le temps de ces deux points” expliquera notre interlocuteur. De son côté, le P/APC intérimaire a tenu à préciser qu’une correspondance a été adressée au ministère de l’Agriculture sur ce sujet et nous attendons toujours une réponse. “On a transmis tous les courriers envoyés par les riverains aux services compétents”, a-t-il expliqué.  


A. LOUCIF


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER