Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Elles réclament de meilleures conditions de travail

Les sages-femmes observent un sit-in à Skikda

Les sages-femmes devant le siège de la wilaya de Skikda © D.R.

Les contraintes professionnelles sont à l’origine de ce mouvement de protestation.

Les sages-femmes de l’hôpital Abderrezak-Bouhara ont organisé, mercredi, un sit-in devant le siège de la wilaya de Skikda. Ces dernières dénoncent ce qu’elles ont appelé des “contraintes professionnelles qui se dressent devant elles et qui ne leur facilitent pas l’exercice de leur noble métier”.
Ces protestataires veulent surtout rejoindre l’ancien hôpital. “C’est éreintant de travailler à longueur de journée sur trois étages, et c’est loin d’être pratique, surtout si l’on veut une prise en charge efficiente des parturientes”, nous disent-elles. Et d’ajouter : “Le seul ascenseur de l’hôpital est utilisé en permanence, ce qui ne facilite guère notre travail.”
Aussi veulent-elles que les deux services de gynécologie et de maternité soient logés au même étage pour éviter les contraintes. “Nous avons eu des parturientes qui ont accouché dans l’ascenseur”, nous dit-on. Il y a aussi le problème de sécurité qui a été soulevé. En effet, les sages-femmes nous témoignent qu’elles font face à de multiples agressions verbales de la part des accompagnateurs, et parfois elles sont malmenées, sans oublier les poursuites judiciaires. Elles exigent aussi le renforcement du service de la maternité et de gynécologie par des médecins ainsi que du personnel paramédical. À rappeler que ces services, y compris leur personnel, ont été transféré de l’ancien hôpital, il y a près de 5 ans, en raison des travaux de réhabilitation. Aujourd’hui, les travaux achevés, elles veulent y retourner où les conditions de travail, disent-elles, sont relativement meilleures. Des représentantes de ces sages-femmes ont été reçues par le chef de cabinet du wali à qui elles ont présenté leur plateforme de revendications.


A. BOUKARINE

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER