Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Fièvre aphteuse à Bordj Bou-Arréridj

Les vétérinaires en alerte

Des mesures urgentes ont été prises pour empêcher la propagation de la maladie. © D.R.

La direction des services agricoles (DSA) a organisé, lundi, une rencontre avec les éleveurs de la région.

La rencontre à laquelle ont pris part une dizaine d’éleveurs de bovins a vu également la présence des services des APC. Selon les organisateurs de la rencontre, l’initiative vise à sensibiliser les éleveurs aux dangers que représente cette maladie, dont un cas avéré a d’ores et déjà été dépisté au village Aïn Soltane (commune de Medjana, à une dizaine de kilomètres du chef-lieu de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj). Les intervenants, vétérinaires à la DSA, sont revenus dans leurs interventions sur la maladie, ses symptômes et ses conséquences. Selon Dr Amel Saïdani, la fièvre aphteuse est une maladie virale très contagieuse pouvant engendrer des conséquences fâcheuses sur le plan économique.
Selon elle, il y a différents types de cette maladie qui sont reconnaissables à plusieurs symptômes, entre autres l’excès de salive chez l’animal. À cet effet, la DSA de Bordj Bou-Arréridj a pris ses précautions en interdisant la circulation du cheptel, le contact direct avec les éleveurs et la vaccination. “Après la découverte d’un seul  foyer de fièvre aphteuse à Aïn Soltane, des mesures urgentes ont été prises pour empêcher la propagation de cette maladie”, ajoutant que “des orientations avaient été données aux agriculteurs et aux éleveurs pour prévenir l'apparition de la fièvre aphteuse parmi le cheptel”. Une mesure “préventive” a été prise par la direction de l'agriculture afin d'anticiper les risques de cette épidémie, notamment dans les communes limitrophes avec Bouira, Béjaïa, Sétif et M’sila. Les intervenants ont demandé aux éleveurs de limiter les déplacements des animaux et de solliciter, le cas échéant, l'aide de vétérinaires en vue d'organiser le déplacement des ruminants (bovins, ovins et caprins). Ils sont également tenus de ne pas introduire dans leurs exploitations de nouveaux animaux sans les soumettre à un contrôle vétérinaire. Durant cette période, les éleveurs sont appelés à mettre en place les dispositifs nécessaires de désinfection à l'entrée des exploitations et chauler les accès des enclos abritant les animaux. Dr Amel Seddiki a appelé surtout à la vigilance en exhortant les éleveurs à prendre des précautions pour que la maladie ne se propage pas. Elle a conseillé de ne pas déplacer les bêtes, ou de les mélanger avec les nouvelles récemment acquises et d’éviter les marchés à bestiaux, surtout en cette période. Sur la maladie, elle dira que, cette année, la situation n’est pas grave comparativement aux années précédentes où elle a fait des ravages parmi le cheptel bovin. L’inspectrice a rassuré quant à la disponibilité du vaccin et des vétérinaires. “Nous avons vacciné plus de  11 000 bêtes, soit 80% du cheptel”, a-t-elle précisé. Pour rappel, la fièvre aphteuse, de par sa grande contagiosité, est une maladie qui entraîne des conséquences économiques considérables, en plus des pertes induites par la mortalité des animaux, ce qui provoque l'arrêt de la production laitière.


Chabane BOUARISSA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER