Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’ALGÉRIE PROFONDE / Est

MILA

L’historique moulin de Sennaoua sera restauré

L’historique moulin utilisé par les moudjahidine comme cache d’armes durant la Révolution. ©D. R.

La bâtisse avait abrité, entre 1948 et 1950, de nombreuses rencontres secrètes auxquelles participaient Boussouf, Didouche, Zighoud, Boudiaf, Aït Ahmed et Bentobal.

Le moulin Verges, qui avait servi de cache d’armes et de point de rencontre de certaines figures de la révolution entre 1948 et 1950, lorsqu’il avait été loué par Lakhdar Bentobal, ne sera pas démoli comme l’a décidé, dans un premier temps, le wali de Mila. Situé à Sennaoua, à l’est de la ville de Mila, le moulin à grains en question, possédé alors par un couple de colons, M. et Mme Verges, avait été loué par Lakhdar Bentobal en 1948, qui l’avait transformé, à la barbe de l’administration française, en lieu clandestin de réunions des militants du MTLD, dont il faisait partie.
Selon le directeur des moudjahidine de Mila, Ghadbane Karim, la bâtisse avait abrité, entre 1948 et 1950, de nombreuses rencontres secrètes auxquelles avaient participé Boussouf, Didouche, Zighoud, Boudiaf, Aït Ahmed et Bentobal. L’endroit avait été utilisé également comme cache d’armes à cette époque.
Faisant face actuellement à la nouvelle résidence de la wilaya en construction dans la localité de Sennaoua, l’historique meunerie à grains a été classée “à démolir” dans un premier temps, avant que la proposition de sa réhabilitation faite par la direction des moudjahidine ne soit finalement admise. “Le wali a accepté l’idée de restauration de l’historique bâtisse”, nous dira M. Ghadbane. Notre source souligne que les travaux de réhabilitation du site seront pris en charge financièrement par la wilaya. “Une expertise du sol et une étude technique de faisabilité seront lancées très prochainement”, affirme-t-on. Notre interlocuteur précise que le ministère des Moudjahidine considère ce moulin comme un monument historique à préserver : “Il a la même valeur historique que les monuments de la vieille ville de Mila.”
Il est à souligner que depuis le lancement des travaux de construction de la nouvelle résidence de la wilaya, plusieurs voix ont défendu l’idée de sa démolition pour le prétexte qu’il “dénature quelque peu la physionomie moderne des bâtiments qui poussent dans la région”, un avis que les associations de défense du patrimoine matériel de la ville et la direction des moudjahidine n’ont pu digérer.

KAMEL B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER