Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Hammam Beni Haroun (Mila)

Perturbation du trafic routier

©D. R.

La localité de Hammam Beni Haroun, située à la limite du territoire de la wilaya de Mila avec celle de Jijel, constitue l’un des points noirs du trafic routier à l’échelle locale.
Certes, en raison de sa situation géographique charnière, l’agglomération est prise d’assaut à longueur d’année par une incroyable flotte automobile ; mais elle l’est encore davantage en été. En effet, pendant la saison estivale, elle devient un véritable goulot d’étranglement compte tenu du nombre incroyable de véhicules et d’estivants qui s’y arrêtent rendant la circulation automobile quasiment impossible pour ainsi dire. L’étroitesse de la route de la corniche qui la traverse conjuguée à l’incivisme des usagers, qui se garent des deux côtés de la route, font que cette localité est continuellement encombrée en été.
Figurez-vous, selon un décompte effectué par nos soins lundi passé entre 15h et 16h, plus de 2 900 véhicules ont transité par ce petit village, dont un millier de cars et de camions de gros tonnage allant ou rentrant du terminal portuaire de Djen Djen, dans la wilaya de Jijel. Infernal ! Cette situation qui colle désormais à la peau de la région en période estivale donne invariablement lieu à des bouchons qui s’étirent sur des kilomètres et à des comportements peu recommandables entre usagers. Proposée depuis des années à des travaux d’élargissement, la route qui passe par l’agglomération demeure ce qu’elle a toujours été, le projet de son élargissement ayant été rattrapé par les mesures de restrictions budgétaires décidées sous Sellal. Aussi, pour y fluidifier un tant soit peu le trafic routier, l’installation d’une signalisation routière adéquate (stationnement unilatéral à alternance semi-mensuel par exemple) et l’envoi régulier de rondes motorisées de la gendarmerie sur les lieux reste plus qu’une nécessité. Signalons que Hammam Beni Haroun, qui se trouve à environ cinq kilomètres en amont du barrage éponyme, est également fréquentée par une population de pêcheurs à la ligne et de visiteurs de la source thermale, ce qui donne à la minuscule agglomération tout l’air d’une foire quotidienne.

Kamel B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER