Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

RENTRÉE SCOLAIRE À SÉTIF

Plusieurs cités sans écoles primaires

Siège de l’APC de Sétif. © D. R.

Les structures d’accompagnement, notamment les écoles primaires,
devraient être réalisées en même temps que les logements. 

Les habitants de plusieurs quartiers à Sétif ont tiré la sonnette d’alarme quant à l’absence totale d’écoles primaires dans leurs cités. En effet, les municipalités n’arrivent pas à suivre la dynamique de réalisation des logements dans les cités à travers les quatre coins de la wilaya.

Les structures d’accompagnement, notamment les écoles primaires dont la réalisation et la gestion sont du ressort des APC, devraient être réalisées en même temps que les logements, cependant plusieurs années après, les parents se plaignent de l’absence desdits établissements.

En effet, des représentants des habitants de la cité des 2000 logements AADL d’El-Bez, à l’ouest de la ville de Sétif, ont pris attache avec notre rédaction pour afficher leur mécontentement et faire entendre leur voix. 

Ils ont souligné que deux ans après la livraison de leurs logements, aucun projet de réalisation d’un établissement scolaire n’est inscrit ou du moins aucun projet n’est lancé. “Nous habitons dans cette cité depuis deux ans, mais nous n’avons pas d’école ni de CEM pour la scolarité de nos enfants.

Les responsables de la municipalité ne font rien, et nos enfants sont entassés telles des sardines à l’école Ahmed-Ouslati. Pis encore, la surcharge a fait que cette école est classée avant-dernière école de la commune de Sétif”, nous dira Nabil, un habitant de la cité en question.

Et de renchérir : “Pour rejoindre l’école la plus proche, nos enfants sont confrontés aux dangers de la rue.” Sur un autre volet, les habitants des 1292 logements AADL de la cité Aïn Mousse de Sétif ont aussi tiré la sonnette d’alarme quant à la scolarité de leurs enfants.

Outre l’éloignement de l’école Benbaouche-Ammar où sont scolarisés les potaches de la cité, la surcharge est aussi l’autre problème qui inquiète parents et responsables du secteur de l’éducation nationale.

La programmation de la construction d’une école primaire dans ladite cité a beaucoup tardé. À Aïn Oulmène, à une trentaine de kilomètres du chef-lieu de wilaya, plusieurs cités sont dépourvues d’établissements scolaires. Il s’agit notamment de la cité des 300-Logements.

Selon des sources bien informées, l’APC a procédé dernièrement au choix de terrain pour abriter les établissements qui devront dans quelques mois atténuer un tant soit peu la surcharge dans les classes et, du coup, améliorer la prise en charge des élèves et les conditions de travail pour les professeurs.
 

FAOUZI SENOUSSAOUI

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER