Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Bordj Bou-Arréridj

Tension sur le lait

Les faibles quotas de lait en sachet attribués ne permettent pas de satisfaire la demande. © D. R.

Depuis le début du mois de Ramadhan, les citoyens se plaignent d’un dysfonctionnement en matière d’approvisionnement du lait en sachet.

À Bordj Bou-Arréridj, la pénurie de lait en sachet devient chronique. Et pour cause, l’un des aliments de base des ménages algériens, en l’occurrence le sachet de lait est devenu l’objet d’une chasse, qui du moins pour les simples citoyens, commence aux premières lueurs du jour. Une réelle corvée attend les citoyens chaque jour à l’aube, entre faire la queue devant l’épicerie, ou carrément devant l’usine de fabrication et de distribution. Les citoyens tentent toutes les possibilités. Cédant même aux chantages ignobles de certains commerçants qui profitent de la situation pour refourguer d’autres aliments aux clients, comme condition incontournable pour acheter du lait, imposant parfois le sachet de lait au prix fort. 

C’est en tout cas un constat observé hier à Bordj Bou-Arréridj. Plusieurs sons de cloche se font retentir sur l’origine du problème, les acteurs de cette situation se jettent la balle, et chacun y va de son argument. Pour les responsables, les distributeurs sont à l’origine de ces perturbations. Ils soutiennent mordicus que la situation ne découle pas d’une réduction de quotas d’importation de la poudre de lait par l’État. À leur tour, les transformateurs et distributeurs s’en lavent les mains, et assurent que cette pénurie est la conséquence de la stratégie mise en place par les pouvoirs publics pour atténuer les effets de la crise, en réduisant la facture des importations. “Moi s’il me donne la quantité nécessaire le produirai le nombre demandé”, dira un laitier qui ajoute que la crise est dû principalement à la poudre de lait. “La vraie solution est, sans conteste, de trouver les moyens de fabriquer cette poudre de lait en Algérie”, pour cet industriel.
 

Chabane BOUARISSA


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER