Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Factures d’eau potable à Constantine

Ultimatum de la Seaco aux mauvais payeurs

À Constantine, les mauvais payeurs des factures de consommation d’eau potable ont, depuis hier, un délai de 48 heures pour régulariser leur situation faute de quoi il sera mis un terme à leur alimentation. La Seaco, l’entreprise mixte en charge de la gestion de l’eau potable et de l’assainissement à Constantine, vient d’adresser aux concernés une dernière mise en demeure et un communiqué a été placardé dans plusieurs quartiers de la ville. Cette mesure, jugée de dernier recours, concerne aussi bien les abonnés particuliers que les personnes morales, soit les entreprises économiques, les entreprises à caractère public, industriel et commercial ou les administrations dont les collectivités locales. Afin d’éviter tout désagrément au niveau de certains guichets de la société, les paiements de ces créances sont possibles à travers toutes les unités commerciales de la Seaco, quel que soit le quartier de localisation du compteur. Selon ses responsables, avec près de 400 milliards de centimes de créances d'exploitation, la société algéro-française, trouve du mal à venir à bout des différentes fuites constatées sur le réseau de distribution en eau potable et à faire face aux autres charges d’exploitation. Les interventions sur le réseau sont d’une moyenne de 600 par mois, nécessitant la mobilisation d'énormes ressources humaines et financières. Et, comme il s’agit d’activités courantes, le financement  n’est pas assuré sur le budget de l’Etat mais sur le seul compte d’exploitation de l’entreprise qui connaît de graves problèmes de trésorerie.

Mourad KEZZAR


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER