Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

L’ALGÉRIE PROFONDE / Est

SÉTIF : Identification des aliments irradiés importés

Une équipe à pied d’œuvre

©D. R.

Une équipe de chercheurs du laboratoire de dosage, analyse et caractérisation en haute résolution (DAC) de l’université Ferhat-Abbas vient de lancer un projet de recherche intitulé “Identification des aliments irradiés importés par l’Algérie par technique de thermoluminescence”.
Selon le porteur du projet Fayçal Kharfi, la convention de ce projet à impact socio-économique a été signée samedi dernier au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Notre interlocuteur a souligné que la conservation des aliments avec le recours à l’irradiation par rayonnements ionisants est une technique de plus en plus répondue dans le monde entier.
À son avis, cette technique permet de prolonger la durée de conservation des aliments par l’élimination des insectes, des bactéries et des micro-organismes existant au sein même du produit après la récolte et permet aussi d’éviter la germination.
Cependant, ajoute-t-il, de nombreuses associations de consommateurs, notamment dans les pays développés, n’acceptent toujours pas le recours à ce procédé dans la conservation des aliments en évoquant la perte de la qualité nutritive de l’aliment après un tel traitement. Elles avancent aussi la formation de radicaux libres pouvant entraîner l’altération des caractéristiques organoleptiques des aliments. “L’Algérie est un pays qui importe plusieurs produits alimentaires, dont certains sont susceptibles d’avoir subi ce traitement pour leur conservation prolongée. Il est donc impératif de se doter de moyens pour identifier ces produits”, précise-t-il, avant d’ajouter : “À travers ce projet, nous visons le développement et l’implémentation d’une procédure standard pour l’identification des aliments irradiés susceptibles d’être importés par notre pays. La technique qui sera implémentée est basée sur le phénomène de thermoluminescence”.
Le professeur Kharfi a ajouté que dans les pays développés, les produits irradiés portent la mention ou le label “Irradiated food” sur l’emballage. “Ceci pour informer le consommateur et lui donner  le choix de consommer ou pas un tel produit. Nous espérons qu’il en sera de même pour le consommateur algérien”, conclut-il.  

A. LOUCIF


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER