Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Auto / Événement Auto

Il dirige l’Afrique du Nord, en plus de l’Europe du Sud et Moyen-Orient

Didier Segnier : “L’Algérie est notre premier pays”

Dans cet entretien, M. Segnier revient sur l’offensive commerciale en Algérie de la marque Peugeot scooter et met en avant les arguments et les atouts pour faire valoir les deux modèles testés à Paris.

Liberté-Auto : Que représente le marché algérien pour Peugeot Scooter, mais aussi pour vous qui gérez la zone de l’Afrique du Nord, en plus de l’Europe du Sud et Moyen-Orient ?
Didier Segnier :
 L’Algérie est un pays très important pour la marque tant par les modèles qui se vendent que par la population qui prise les deux-roues. C’est un marché à fort développement prévisionnel pour les cinq et les dix années à venir. On est déjà présent avec des modèles phares, comme le Tweet-125, et notre projet est d’arriver, avec notre partenaire MMDI, à développer les ventes de Belville. Celui-ci vient à point nommé pour concurrencer de grandes marques comme Honda et Piaggio. On va proposer une offre très intéressante avec un niveau de qualité exceptionnel.
 On a testé aujourd’hui le modèle Belville et deux autres modèles, à savoir Speedfight et Citystar. Quels sont vos arguments pour booster les ventes et faire face à la concurrence, notamment en Algérie ?
On ne se force pas à concurrencer les marques chinoises. Peugeot est synonyme de qualité et de représentation. Nous avons l’élégance, le design et l’innovation pour la commercialisation de nos scooters. Nous sommes convaincus que nous réussirons avec ces nouveaux véhicules. Concernant l’Algérie, c’est un marché atypique pour nous ! On a essayé de suivre notre partenaire MMDI l’évolution de la législation avec l’ABS au-dessus de 80 CC. C’est une première mondiale, car l’ABS n’est utilisable qu’à partir de 125 CC. La décision de l’Algérie est avant-gardiste, certes, mais, un ABS à 80 CC n’a pas de sens sur des scooters sécurisés.
 
Qu’est-ce qui caractérise, en quelques mots, le scooter Belville ?
Le scooter Belleville, c’est le luxe à la française, la qualité et polyvalent dédié à la ville.

Quelles sont les finitions et les motorisations prévues pour le marché algérien ?
On propose Belville en deux motorisations à 125 CC à refroidissement liquide et un modèle à 200 CC équipé d’un moteur avec un système de refroidissement aéré. Du coup, on a discuté avec MMDI pour positionner un modèle à 200 CC avec un système de refroidissement aéré. Après, on pourra aborder avec MMDI l’intégration d’un modèle à 125 CC sur Belville pour viser son introduction à partir de mars 2018. Aussi, on propose deux finitions, à savoir Allure et RS (version sport).
 
À combien estimez-vous le marché des deux-roues en Algérie ?
Selon des données de 2016, il environne 5 000 et 6 000 unités, mais les besoins à moyen terme sont de l’ordre de 100 000 unités, avec un volume de 60 000 unités de 50 CC. En revanche, c’est un marché qui a subi les contraintes de la législation, de par les homologations et les licences d’importation qui limitent les ventes des véhicules. Il y aurait entre 40 et 60 000 unités bloqués à cause de ces problèmes liés à la législation. Je pense que le marché va bientôt se redresser pour atteindre un niveau de 100 000 à 120 000 unités/an.
 
Envisagez-vous à terme d’installer une usine de scooters en Algérie ?
Actuellement, on se concentre sur l’Afrique du Nord parce qu’on a des marchés qui sont vraiment intéressants, comme l’Algérie. Pour vous dire, sur toute la région Mena, l’Algérie est notre premier pays et on espère bien à moyen terme réussir à développer notre stratégie. Concernant l’usine de scooters, nous sommes en pleine réflexion et on avance pas à pas pour pouvoir engager notre projet de réalisation d’une usine.

Entretien réalisé à Paris par : FARID BELGACEM


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER