Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

AUTO / Événement Auto

AUTOMOBILISTES ET TAXIEURS SÉDUITS PAR SA SUBVENTION À 50%

Kits GPL : forte pression chez les installateurs

© D.R.

Le défi annoncé par Naftal de réduire les délais à 30 jours d’attente pour installer un kit GPL est loin d’être acquis. Les automobilistes et les taxieurs sont sceptiques. Reportage.

La volonté de l’État de subventionner à 50% l’installation du kit GPL carburant a créé un rush chez les installateurs. Pour cause, Naftal, dans un premier temps et dans les 48 wilayas, a limité à 100 le nombre d’opérateurs chargés de fournir et d’installer ces kits pour les automobilistes et les taxieurs. Sélectionnés sur la base d’un cahier des charges, ces derniers, déjà submergés par une forte demande depuis l’annonce de la flambée du prix de l’essence à la pompe, se retrouvent devant une situation abracadabrante, même si, au plan business, ils seraient bien comblés. En revanche, les automobilistes et les taxieurs souffrent le martyre pour obtenir un rendez-vous et les délais s’étalent de 3 à 6 mois. “Je trouve que Naftal a fait un bon travail, mais ses responsables auraient pu séparer le particulier du professionnel. Les priorités et les urgences des uns et des autres ne sont pas similaires. Nous, les taxieurs, on roule au quotidien et, parfois, sur de longues distances”, témoigne N Rachid. Pour ce chauffeur de taxi, originaire d’Alger, “la réduction du kit GPL carburant de 60 000 DA à 30 000 DA chez Naftal et de 70 000 DA à 35 000 DA chez le privé, est une mesure absolument incitative pour aider les professionnels à amortir les frais d’installation sur une durée de 6 mois seulement mais le nombre d’installateurs est insuffisant pour répondre à la demande”. Interrogé sur les délais, N Rachid témoigne que sa demande datait du mois de décembre 2017. Même son de cloche chez ce retraité qui roule encore avec sa Honda Civic (année 2005). B. Abdellah, retraité du secteur du bâtiment, révèle que le plein d’essence lui revient à la pompe à 1 500 DA chaque semaine. “Je dépose mes enfants à l’université de Bouzaréah chaque matin et je les récupère chaque soir. C’est vrai que c’est une occupation pour moi, voire même un réconfort, mais, chaque mois, je débourse près de 6 000 DA d’essence”. B. Abdellah avoue que sa demande de conversion au GPL carburant datait du mois de novembre 2017. “Quand j’ai appris la nouvelle de la réduction de 50 % l’installation du kit GPL, j’ai vite annulé ma première commande. C’est une bonne nouvelle pour les pères de famille, mais les délais restent trop longs. Mais avec 50% de réduction, j’attendrai le temps qu’il faudra”, développe encore notre retraité. Pour nos interlocuteurs rencontrés à la station-service du Caroubier, le GPL est le seul carburant qui a échappé à la trappe dans la loi de finances (LF-2018). Souriant, le pompiste ironise : “Depuis décembre 2017, la chaîne des automobilistes ne cesse d’augmenter. À 9 dinars le GPL carburant le litre contre 42 dinars le litre d’essence, le choix est vite fait. Moi, je pense déjà installer un kit GPL sur ma Suzuki Maruti.” Interrogé à ce propos, un installateur basé au sud de la capitale estime que “Naftal devrait penser à multiplier les points d’installation et de vente du GPL carburant. Les rendez-vous s’étalent sur 3 mois, car il y a des véhicules qui prennent 5 heures d’installation et d’autres toute la journée”. Selon ce professionnel, “il y a une forte pression, notamment du côté des entreprises qui convertissent leur parc auto au GPL carburant”. Pour rappel, lors du lancement du programme dédié à la conversion de 500 000 véhicules à l’horizon 2021 au GPL, le directeur général de l’Agence nationale pour la promotion et la rationalisation de l’utilisation de l’énergie (Aprue), Mohamed-Salah Bouzeriba, avait annoncé que “l’État va subventionner la fourniture et l’installation du kit GPL carburant à 50%” et que cette démarche s’inscrit dans le cadre des perspectives de faire bénéficier les propriétaires des véhicules particuliers et les chauffeurs de taxi d’une aide indirecte en passant par l’un des 100 installateurs qualifiés et dûment sélectionnés par l’Aprue. Selon la méthodologie arrêtée par l’Aprue, l’automobiliste devra passer chezun installateur qui lui délivrera un devis. Après, le bénéficiaire devra remettre à l’installateur une procuration signée et légalisée à l’APC. Une fois le RDV pris, l’automobiliste versera 50% du prix du kit GPL, et après installation, le bénéficiaire devra homologuer le kit chez un ingénieur des mines. Une fois que l’Aprue reçoit le dossier de l’installateur, elle l’envoie au ministère de l’Énergie et des Mines pour instruite le Trésor public pour verser les 50% restants à l’installateur agréé.


F. B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER