Scroll To Top
FLASH
  • Ligue1 (matchs disputés samedi): CRBT 1-1 NAHD; OM 2-0 JSS; CRB 0-0 CSC; USB 2-2 MCO; USMBA 0-1 PAC; MCA 2-0 JSK
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Événement

Ronaldo-Villa

Alors, c’est qui le patron ?

Portugal-Espagne, en huitième de finale aujourd’hui au Cap (14h GMT), mettra aux prises Cristiano Ronaldo, le beau gosse de la Selecçao, dont on attend plus sur le terrain, et David Villa, qui accroche moins la lumière mais hisse la “Roja” vers les sommets. 

Cristiano Ronaldo, c'est pour quand le réveil ?
  Sous le maillot du Real Madrid, les chiffres qui l'accompagnent donnent le vertige : un transfert pour 94 millions d'euros durant l'été 2009 et 26 buts en 29 matches qui le placent en 3e position du classement des buteurs de la Liga ! Sous le maillot lusitanien, les données laissent perplexe. “CR” est arrivé en Afrique du Sud avec l'intention de tout casser : “Je veux exploser à ce Mondial.” Mais lors des seize derniers mois, il n'a marqué que deux buts avec son équipe nationale.
Il y a eu un penalty transformé en match amical contre la Finlande le 11 février 2009 à Faro, puis un but “de dessin animé” face aux Nord-Coréens au premier tour, avec le ballon qui roule sur son cou et sa tête avant de trouver son pied droit. Le jeu du Portugal ne l'aide pas à améliorer son rendement. Lors du dernier match de poule contre le Brésil, ce fut par moments caricatural : tous derrière et lui devant. L'enfant de Funchal sait résister à la pression et l'a déjà montré à Manchester United ou au Real. Le match contre l'Espagne tombe à pic. À 25 ans, il doit montrer autre chose s'il ne veut pas quitter le Mondial en 8e, comme l'a fait Wayne Rooney, impuissant avec l'Angleterre.
 
David Villa : le maçon de la maison rouge
Il n'a pas l'aura “people” d'un Cristiano Ronaldo, ni même d'un Fernando Torres, son compère en sélection espagnole. Pourtant, il est essentiel dans la progression de la “Roja”. À l'Euro-2008, c'est Torres qui a marqué le but victorieux en finale contre l'Allemagne (1-0) et a fait la Une des journaux.
Villa était blessé pour ce match, mais a tout de même terminé meilleur buteur (4 réalisations).
“Maravilla” — jeu de mots sur son nom et le mot merveille — est encore bien parti cette fois, avec déjà trois buts à son compteur en Afrique du Sud. Il doit encore se mordre les doigts d'avoir raté un penalty contre le Honduras, qui lui aurait permis de compléter son doublé ce jour-là. Ses trois buts ont beaucoup plus de valeur que le trophée de “meilleur homme du match” décerné à chacune des trois sorties de Cristiano Ronaldo, encensé par des internautes énamourés.“El Guaje” (le gamin en asturien) est d'ailleurs donné favori par les bookmakers pour terminer meilleur buteur du Mondial 2010. En Espagne, il est à trois orteils d'entrer dans la légende. Avec 41 buts inscrits sous le maillot national, il talonne Raul et ses 44 buts (record). Sur le plan international, sa fidélité à Valence a longtemps nui à son image. Mais les choses vont bientôt changer, puisqu'il jouera l'an prochain sous le maillot du FC Barcelone. Le “clasico” face au Real l'opposera encore à Cristiano Ronaldo. Mais, dès mardi au Cap, il a l'opportunité de montrer que c'est lui le patron du Mondial et de ne pas laisser l'Argentin Higuain (4 buts) le distancer au classement des buteurs.