Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Événement

Lutte contre le VIH-Sida

AnisS prolonge la campagne Himeya

L’association AnisS de lutte contre les infections sexuellement transmissibles et le sida vient de souffler la première bougie de sa campagne «Himeya». C’était le le 25 novembre dernier. Cet anniversaire marque un grand changement et un combat ardent contre le VIH-Sida, pour la protection des femmes et des enfants en Algérie. Après avoir sillonné plusieurs villes du pays pour le renforcement des interventions de sensibilisation sur le VIH/sida dans les milieux des femmes, de l’amélioration de la prise en charge des femmes et des enfants vivants avec le VIH, AnisS a enregistré un bilan satisfaisant. Ainsi l’une des premières mises en œuvre du programme national de la prévention de la transmission de la femme à l’enfant du VIH-Sida, vient d’être annoncée en octobre dernier. Après des années de blocage, le coup d’envoi de ce programme a été lancé officiellement par le ministère de la santé lors d’un atelier national. Cette initiative permettra de protéger des milliers d’enfants de la contamination par leurs génitrices porteuses du virus.

Entres autres, dans le cadre de  la prise en charge des contaminés, une note a été instaurée au niveau de la CNAS, «Document d’aide à la décision ». La démarche est «destinée à uniformiser l’action des médecins conseils à travers le pays et à inclure l’infection VIH parmi la liste des maladies chronique en tant qu’hémopathie », peut-on lire sur le communiqué de l’association AnisS. Cette décision permettra aux malades vivant avec le virus de se faire rembourser les dépenses du traitement des infections opportunistes. En outre, un seul inconvénient survient pour «une majorité de femmes malades sans emploi et donc non assurées ». Ces changements sont, selon AnisS,  positifs pour ces malades « même s’il ya pas de lien directe entre la campagne HIMEYA et les mesures gouvernementales positives annoncées plus haut, il est claire qu’une forte mobilisation sociétale est décisive dans la sensibilisation des décideurs sur la situation difficile des femmes et des groupes les plus exposés en général dans le contexte du VIH », a annoncé le Dr Scander A. Soufi, président d’AnisS. D’ailleurs, l’association compte perpétuer cette campagne dans le but d’atteindre ses objectifs. « il a été décidé de poursuivre Himeya, prévue initialement pour une année. D’autant plus qu’elle vient de recevoir le soutien de la campagne mondiale contre le sida (WAC) en vue de l’implémentation des actions futures de la campagne ». Dans cette perspective, une alliance a été opérée entre l’association et la campagne mondiale contre le sida (WAC),  dans le cadre de la création d’un « atelier national prévu pour décembre à Alger, avec le soutien du WAC, qui dessinera les perspectives de la campagne pour la prochaine année et qui épouseront les priorités des femmes et des enfants vivant avec le VIH en Algérie », a signalé le Dr Nour El Houda Kicha, directrice de la campagne Himeya. Elle précisera également que  « le renforcement de l’accès au traitement et la promotion de la PTME constitue le thème national du 1er décembre en Algérie cette année ».

Pour rappel, en Algérie un nombre de 1200 femmes vivent avec le VIH et les contaminations persistent. La réalité dépasse les chiffres annoncés par le laboratoire national de référence. En 2011, il a été enregistré 24 nouveaux cas de femmes contaminées. «Les chiffres réels sont bien supérieurs. A titre d’exemple, un seul cas de femmes nouvellement contaminée en 2011 est officiellement déclaré par le LNR pour Annaba alors qu’elles sont en réalité une douzaine selon des sources médicales », est-il conclu sur le communiqué. Quant à la journée mondiale du sida (1er décembre), l’association s’est mobilisée à travers la toile, notamment les réseaux sociaux pour mener une campagne de sensibilisation.

H.M