Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Événement

En prévision des prochaines éliminatoires de la CAN 2012

Feghouli, Benyamina et Soltani, les priorités de la FAF

La participation des Verts à la phase finale de la Coupe du monde a beaucoup renseigné sur la valeur du groupe algérien. La Fédération algérienne est sortie avec une idée précise sur les potentialités de chacun des joueurs, mais surtout des insuffisances à combler.
À ce titre, il n’est un secret pour personne que les Verts souffrent d’un problème récurrent, à savoir l’inefficacité devant les buts en dépit de la présence de la paire Djebbour-Ghezzal, décevante, pour ne pas dire médiocre. Avec zéro but inscrit en phase finale de la Coupe du monde, la haute instance fédérale s’est rendue à l’évidence de la nécessité de ramener de bons joueurs évoluant à ce poste.
D’ailleurs, même le driver national, Rabah Saâdane, n’a pu trouver la formule magique pour solutionner le problème en question. Sachant pertinemment que le billet qualificatif au deuxième tour du Mondial s’est évaporé justement à cause de la stérilité offensive, la FAF songe à élargir son plan de prospection en vue de se doter de joueurs susceptibles d’apporter le plus escompté en prévision de la prochaine phase éliminatoire de la CAN-2012. C’est ce que nous a confié une source proche de la FAF qui précise que la haute instance fédérale donnera leur chance à de nouvelles têtes. Les éléments ciblés sont deux attaquants et un milieu récupérateur. Il s’agit respectivement de Kamel Soltani, de Karim Benyamina et de Sofiane Feghouli. Ces trois noms seront prochainement convoqués pour le prochain stage des Verts qui aura lieu le mois d’août prochain, ponctué par un match amical face au Gabon.  En effet, la FAF voudrait offrir au nouvel encadrement technique un choix varié pour composer avec un groupe solide lors de ces éliminatoires, surtout que l’EN a besoin d’attaquants de qualité pour solutionner définitivement la source de tous les maux des Verts. Si Benyamina et Soltani, qui portent respectivement les couleurs de l’Union de Berlin, et Karim Soltani ne devraient pas rater une telle aubaine, eux qui ont à chaque fois manifesté leur désir d’embrasser le maillot national, le cas Feghouli pose problème.
En effet, l’actuel sociétaire de Valence (il a signé cinq ans) ne serait pas encore prêt à répondre favorablement à l’appel des Verts pour deux raisons. La première concerne son statut au sein de Valence. Feghouli veut s’imposer au sein de sa nouvelle formation, selon notre source, et vu la concurrence au sein de la formation espagnole, il lui serait difficile d’espérer jouer en équipe nationale dans les mois à venir. La deuxième raison serait, selon notre source, le fait que l’équipe de France garde un œil sur lui. Ce qui fait qu’il hésite encore pour l’équipe nationale. C’est dire que ce n’est pas du tout évident de voir Feghouli présent face au Gabon le 11 août prochain, à moins que la FAF ne trouve les mots qu’il faut pour le convaincre à venir prochainement.

 Ziaya, l’autre solution
Outre Benyamina et Soltani, les Verts auront une autre solution offensive, il s’agit de l’actuel sociétaire d’Al-Ittihad Djeddah (Arabie Saoudite), en l’occurrence Abdelmalek Ziaya. Ce dernier, qui a refusé de disputer le Mondial pour avoir exigé un statut de titulaire, devrait faire partie du contingent pour la nouvelle campagne des éliminatoires.  Dans un championnat national très moyen, et en l’absence de véritables chasseurs de buts, la FAF ainsi que l’encadrement technique n’auront pas d’autre choix que de donner la chance au trio Benyamina-Soltani-Ziaya dans l’espoir de renforcer une ligne offensive muette depuis longtemps. Dans les mois à venir, le futur sélectionneur devra à tout prix trouver le remède miracle en vue de “soigner” l’attaque. Un chantier colossal, dont dépendra en partie l’avenir de l’équipe nationale.