Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Événement

Événement

Gyan l'inconsolable

 L'attaquant du Ghana Asamoah Gyan a vécu vendredi quelques minutes qu'il n'oubliera sans doute jamais : il a raté un penalty à la dernière seconde du quart de finale du Mondial-2010 contre l'Uruguay, finalement perdu aux tirs au but (1-1 a.p., 4-2 t.a.b.). Dans le temps additionnel de la prolongation, le Ghana pousse, et Suarez sauve sur sa ligne... des mains, comme un volleyeur. Carton rouge, penalty. Gyan s'avance. Il peut marquer son quatrième but dans la compétition (et son troisième penalty), et s'approcher un peu plus du record de cinq buts marqués en Coupe du monde pour un Africain, détenu par la légende camerounaise Roger Milla (1990, 1994). Et surtout, il peut expédier le Ghana en demi-finale, une première pour un pays africain. Le stade Soccer City retient son souffle. Et Gyan tire sur la transversale ! L'arbitre siffle la fin du match, séance de tirs au but. L'attaquant de 23 ans se cache le visage, inconsolable. Il se dirige vers les tribunes, l'air hagard, avant d'être réconforté par ses coéquipiers. Mais celui qui croit en son étoile ne se laisse pas démonter : après le tir 
au but réussi par l'Uruguayen Forlan, Gyan se présente pour le début de la série ghanéenne. Et il transforme son essai d'une puissante frappe en lucarne. Mais deux de ses coéquipiers ratent leur tentative, et le Ghana est éliminé. Ses camarades ont beau venir le réconforter, rien n'y fait, Gyan est KO. Il avait ouvert le premier chapitre du Ghana en Coupe du monde, en marquant 
après 68 secondes seulement contre la République tchèque au Mondial-2006, le premier but pour son pays dans la reine des compétitions. À 20 ans. “Ce but, j'y pense tous les jours, confiait Gyan quatre ans après. Quand ça va mal, je   me repasse la vidéo, et quand ça va bien, aussi !” Il vient de tourner une nouvelle page des Black Stars, plus noire. Et il va peut-être avoir besoin de revoir son but de 2006 en boucle dans les jours qui viennent...