Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Événement

Hameur Bouazza à Liberté

“Je n’ai jamais critiqué l’équipe nationale”

Auteur d’un but splendide face à la Côte d’Ivoire en quart de final de la CAN 2010, l’attaquant Hameur Bouazza n’a pas été retenu par Rabah Saâdane au Mondial. Il revient dans cet entretien sur tout ce qui a été dit et écrit à son égard. “Je n’ai rien dit, ceux qui l’ont écrit ont parlé à ma place”, nous a-t-il dit avec regret. Liberté l’a contacté hier chez lui par téléphone et il s’est prêté volontiers à nos questions.
 
Liberté : Depuis quelque temps, on n’entend plus parler de vous. Quelles sont vos nouvelles ?
Hameur Bouazza : Très bonnes, El Hamdoulillah ! Je suis un peu occupé par mon transfert qui se concrétisera dans quelques jours. Pour le moment, c’est mon agent qui est en train d’étudier les contacts, on sera fixé très prochainement, j’avoue que c’est ma priorité, car je veux réaliser mon transfert le plus tôt possible, le reste viendra tout seul. C’est la période des transferts, on va très vite concrétiser.

Peut-on connaître votre future destination ?
Pour le moment, j’ai des touches ici en Angleterre et dans deux pays, je préfère pour le moment ne rien divulguer, car je risque de ne pas concrétiser avec l’un de ces clubs, je sais que mon manager est sur la bonne voie, on a de belles opportunités à saisir, tout sera réalisé dans un bon club à la hauteur de mes ambitions, où je pourrai retrouver tous mes moyens afin de revenir à ma forme optimale.

Donc, bientôt, vous serez avec votre nouveau club ? 
Inch’Allah ! Vous serez informé au moment opportun. Vous savez, les contacts ne manquent pas, mais je veux atterrir dans un bon club, comme je vous l’ai dit, qui sera à la hauteur de mes ambitions et mes attentes.

Revenons, si vous le permettez, à l’équipe nationale et à votre absence du Mondial… 
Justement, j’ai beaucoup de choses à dire là-dessus et tout ce qui a été dit gratuitement à mon égard

Allez-y, on vous écoute…   
On m’a prêté des propos que je n’ai jamais tenus sur l’équipe nationale, j’aime cette équipe avec laquelle j’ai passé d’agréables moments, je n’oublierai pas ma participation à la CAN en Angola au mois de janvier dernier et toute la joie qu’elle m’a procuré à moi et à ma famille, je ne suis pas un fou pour tirer sur cette équipe. Je n’ai jamais mis une croix sur cette équipe, c’est complètement faux, les gens disent n’importe quoi. J’ai été certes déçu de ne pas prendre part au Mondial, c’est tout, n’importe quel joueur vous dira qu’il est déçu de rater le Mondial, ce n’est pas une raison pour tirer sur les Verts, ce n’est pas mon genre. Moi, je suis très reconnaissant, je ne crache pas dans la soupe.

Viendrez-vous si on vous fait appel de nouveau ?
Bien sûr ! Et comment, je ne peux jamais refuser les couleurs de mon pays. Vous savez, lorsqu’on m’a convoqué pour la première fois dans cette équipe, je n’ai pas hésité à venir, sans poser la moindre condition, car j’estime que c’est un devoir de porter le maillot de son pays. Je suis venu jouer pour les couleurs et non pour l’argent, pour qu’on soit bien clair là-dessus.

On ne doute pas de votre bonne intention…
Non, c’est une réponse claire à ceux qui ont tenté de souiller mon image de marque envers l’équipe nationale. Je serai toujours fier de jouer pour mon pays.

Vous avez certainement suivi les matches de Coupe du monde. Un mot sur la participation des Verts ? 
J’ai regardé tous les matchs des Verts. On serait peut-être passés au second tour, si on n’avait pas perdu face à la Slovénie ; ce n’est pas le moment de dire pourquoi telle chose n’a pas marché, il faut tirer les conclusions.

Il y a aussi l’inefficacité de la ligne d’attaque ?
Il est vrai qu’on n’a pas marqué de buts, il y a des raisons à cela, je ne suis pas bien placé pour dire ce qui n’a pas bien marché au niveau de la ligne d’attaque. Je sais, en revanche, que les gars ont fait de gros matchs et montré de très belles choses, ils ont honoré les couleurs du pays. L’équipe nationale a réalisé une très belle Coupe du monde. J’aurais seulement souhaité être là face à l’Angleterre.

Parce que vous avez l’avantage de connaître les défenseurs anglais que vous avez rencontrés lors du championnat anglais… 
Exactement, je connais bien le jeu anglais, ses points forts et ses points faibles, j’aurais été très utile pour l’équipe, je suis persuadé que j’aurais apporté ce plus. Il faut maintenant tourner vers l’avenir.

Si on fait appel à vous face au Gabon le 11 août, vous serez présent ?
Sans aucune hésitation, je serai à Alger. Ce qui s’est passé est derrière moi, je veux ouvrir une nouvelle page avec cette équipe qui m’a beaucoup donné et m’a permis de découvrir des choses extraordinaires ; je l’ai fait sans regret et je le referai avec plaisir, car il s’agit des couleurs de mon pays.

Vous gardez donc l’espoir de revenir chez les Verts ? 
Je n’ai jamais perdu l’espoir de revenir un jour en équipe nationale. On ne m’a pas retenu pour le Mondial, ça fait mal, mais bon, c’est du passé, il ne faut pas en faire un drame, je lorgne maintenant, vers l’avenir.