Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Événement

30ème anniversaire de la Déclaration

Le Centre de Genève organise une conférence-débat sur le droit au développement

©gchragd

Le  Centre de Genève pour la promotion des droits de l’homme et du dialogue global a organisé en partenariat avec la Mission permanente de la République d’Azerbaïdjan à Genève, une conférence-débat intitulé « Le droit au développement, 30 ans après : accomplissement, défis et la voie à suivre ». S. E. Dr Hanif Hassan Ali Al Qassim, Président du Conseil d’Administration du Centre de Genève, et S. E. M Vaqif Sadikov, Ambassadeur et de la République d’Azerbaïdjan auprès de l’Office des Nations Unies, ont prononcé les discours d’ouverture, et l’Ambassadeur Idriss Jazairy, Directeur Exécutif du Centre de Genève, a modéré le débat.

Dr Hanif Hassan Ali Al Qassim/©gchragd

La discussion avec les panélistes a porté sur les différentes conceptions du droit au développement. Les panélistes ont relevé les points de consensus, notamment en ce qui concernait la responsabilité principale des Etats à assurer le droit au niveau national. Cependant nombreux intervenants ont estimé qu’il convenait, au niveau international, de créer un environnement propice à travers une coopération renforcée. Parmi les points importants qui sont ressortis, l’interaction entre le développement et la sécurité a été soulevée à plusieurs reprises, notamment le fait que les pays déstabilisés par l’insécurité et la violence ne pouvaient pas exercer adéquatement le droit au développent. Les panélistes ont aussi relevé la contradiction entre les droits de l’homme énergiquement défendus par les pays occidentaux, et l’implication des mêmes pays dans l’exportation d’armes vers les régions déstabilisées, qui alimente le cycle de la violence. 

Le débat a porté aussi sur la contradiction entre les engagements pris pour le droit au développement, et la pratique des mesures coercitives unilatérales par certains pays, qui justement entravent ainsi ce droit. Le Professeur Schrijver a, de son côté, noté que les positions prises par l’Union Européenne dans le Traité de Lisbonne étaient en avance par rapport aux positions prises par les Etats-membres individuellement. Un représentant de la Mission Permanente de l’Union Européenne est intervenu lors du vif débat qui a suivi les présentations des panélistes, en réitérant le soutien de l’UE envers le droit au développement et en se félicitant du consensus autour de l’Agenda 2030. Il a cependant mentionné les divergences d’opinion en ce qui concernait la possibilité d’adoption d’un instrument international juridiquement contraignant sur cette question.

En guise de conclusion, l’Ambassadeur Akram a noté que malgré la réticence préalable des certains pays du Nord à reconnaitre dans le droit au développement un droit collectif, le consensus auquel on est parvenu autour de l’Agenda 2030 et du développement tel que défini dans les Objectifs du Développement Durable devrait être l’occasion de mettre fin à toute contestation de ce droit. 

Une quarantaine de Missions Permanentes à Genève, dont de nombreux Ambassadeurs, ainsi que des experts des droits de l’homme, de la société civile et des universitaires ont participé à cette manifestation.  

ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER