Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Événement

Il a éliminé le Japon aux des tirs au but

Le Paraguay, l’invité surprise des quarts de finale

Le Paraguay a arraché pour la première fois de son histoire le billet pour les quarts de finale d'une Coupe du monde, hier à Pretoria, au terme d'une rencontre insipide face au Japon et décidée aux tirs au but (0-0 a.p. 5 tab à 3). Cette qualification a arraché des larmes de bonheur au sélectionneur du Paraguay. “On a beaucoup souffert. On a accompli un pas supplémentaire mais on ne veut pas s'arrêter là”, a lancé Gerardo Martino. Heureusement que les tirs au but existent ! Rien ne dit que, si on leur avait donné plus de temps, Paraguay et Japon auraient trouvé la faille ou l'éclair de génie. Visiblement tendues par l'enjeu — une première participation aux quarts de finale pour l'une et l'autre —, les deux équipes ont attendu, en vain, une erreur fatale de l'autre et ont surtout pensé à ne pas concéder de but. Ainsi, il a fallu attendre la 20’ pour voir la première action dangereuse quand Lucas Barrios s'ouvrait le chemin du but, avec un râteau en pleine surface de réparation, mais butait sur Eiji Kawashima. Le Japon sortait à son tour de sa torpeur une minute plus tard grâce à Daisuke Matsui, dont la frappe de 35 mètres se fracassait sur la transversale de Justo Villar qui semblait battu.
Le rythme retombait rapidement malgré une nouvelle occasion inexplicablement manquée par Roque Santa Cruz (27’), seul au point de penalty après un cafouillage de la défense nippone sur un corner. De retour des vestiaires, la sélection guarani reprenait sa domination et se montrait légèrement plus tranchante, mais la tête de Cristian Riveros (58’) manquait de puissance.
Les entrées des attaquants Valdez côté paraguayen et Okazaki côté nippon ne changeaient pas la physionomie de la rencontre, toujours aussi fermée. Même les nombreux coups de pied arrêtés, leur point fort jusqu'ici dans le tournoi, ne permettaient pas aux Samouraïs bleus de forcer la décision, Tulio ratant dans le temps additionnel une balle de match.
Durant la prolongation, le Paraguay, sans Roque Santa Cruz remplacé par Oscar Cardozo, reprenait le monopole du ballon, mais Barrios (95’), Valdez (97’) et Barreto (101’) manquaient de précision et/ou de puissance. La sélection de Takeshi Okada répondait par un raid de Shinji Okazaki (118’) mais Keiji Tamada ratait le cadre.
Pendant que le Paraguay réalisait un sans-faute devant le gardien nippon, le Japon laissait passer sa chance lorsque son troisième tireur, Yuichi Komano, voyait sa tentative repoussée par la transversale de Villar.