Scroll To Top
FLASH
  • Demi-finale retour de la ligue des champions africains: WAC 3-1 USMA (0-0 à l'aller)
  • Buts du WAC:El Karti (26′), Bencharki (54′ et 90'+3). Le but de l'USMA a été inscrit par Abdelaoui (67′)
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A la une / Événement

Ghana

Muntari en rémission de ses péchés

Le milieu ghanéen, Sulley Muntari, aura beaucoup à se faire pardonner, vendredi, lors du quart de finale contre l'Uruguay, où il devrait connaître sa première titularisation du Mondial-2010, après la suspension d'Andre Ayew.

Troisième Ghanéen à avoir remporté la Ligue des champions après Abedi Pelé et Sammy Kuffour, le joueur de l'Inter Milan, l'un des plus beaux joyaux du club  formateur des Liberty Professionals d'Accra, aurait dû être le leader naturel des Black Stars, en l'absence du capitaine Michael Essien.
 C'était sans compter sur un individualisme forcené qui le place en marge d'une équipe où le collectif est imposé, par le sélectionneur Milovan Rajevac, comme l'alpha et l'omega de la réussite. “Ma titularisation dépendra de l'entraîneur. Il décide seul. Pour moi, le plus important, c'est le groupe. Je lui offre tout mon soutien, c'est tout”, lâche Muntari, 25 ans, dans un entretien à l'AFP. “Si je joue, je donnerai tout pour l'équipe.” “Je n'ai jamais été furieux de ne pas être titularisé”, s'agace-t-il.“J'étais blessé!” Officiellement, une contracture à une cuisse qui ne l'a pas empêché d'entrer trois fois en jeu en fin de match. Comme un espoir...   Le visage fermé dément autant
que son passé une soumission de bon gré. Tout comme l'assurance en début de Mondial que son statut de remplaçant ne lui posait “aucun problème” a été suivie d'excuses à Rajevac pour avoir haussé le ton... L'épisode n'est que le dernier d'une longue série.
En 2004, Muntari avait été renvoyé de l'équipe olympique pour avoir “perturbé le groupe”. Il avait alors annoncé qu'il ne jouerait plus pour le Ghana, avant de faire amende honorable. Ses refus de répondre à une convocation contre l'Angola puis pour une réunion avec Rajevac ont été sanctionnés d'une exclusion de la Coupe d'Afrique des nations en janvier. Il a encore dû aller à Canossa pour gagner le droit d'aller au Mondial. Sauf qu'entre-temps, les prestations d'Ayew l'ont installé comme titulaire. “Sulley a fait une ânerie. Il n'imaginait pas que la vie était possible sans lui”, relève, sous le couvert de l'anonymat, un membre de l'encadrement des Black Stars.
 S'il s'emporte vivement contre un jeune équipier qui a l'audace d'enlever la boue de ses crampons à ses côtés, Muntari tente désormais de jouer collectif, allant jusqu'à prendre part, lui le musulman pratiquant, aux cercles de prière initiés par des joueurs majoritairement protestants pentecôtistes.  “Nous vivons un moment extraordinaire. Les seuls Africains à aller en quart pour le moment ont été le Cameroun et le Sénégal. Nous voulons continuer pour rendre l'Afrique heureuse et je veux laisser tout le négatif derrière moi”, lâche Muntari, visage toujours aussi fermé. C'est sur le terrain qu'il devra se faire pardonner, avec un match du calibre de ceux de 2006. Tout le Ghana l'attend. Comme ses équipiers qui patientent dans le bus pendant qu'il rassemble ses affaires. On ne se refait pas.