Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Finances

Finances

Focus sur le secteur du bâtiment

Le magazine Partenaires, mensuel des membres de la Chambre française de commerce et d'industrie en Algérie, a consacré le dossier thématique de son n° 12 de mai/juin 2013, au secteur du bâtiment en Algérie.
Sous le titre de «Bâtiment, la mutation», le mensuel précise que  le secteur de l’habitat a connu, ces dernières années, une dynamique soutenue notamment par la volonté des autorités algériennes d’en finir avec une crise de logement qui n’a que trop duré. Face à cette dynamique, l’éditorialiste du magazine soulève la question qualitative qui vient se poser avec acuité.
En effet, un programme de 1,5 million de logement signifie, inévitablement, une urbanisation massive si les outils de planification, à même d’offrir la maîtrise parfaite des nombreux projets,  venaient à manquer. Adel Bejaoui, président de l’Ordre des architectes, analyse pour la revue les politiques gouvernementales de la ville et souligne certaines erreurs commises précédemment. Il explique : “Il fut un temps, nous fonctionnions avec un plan type. Le logement construit à Alger était repris à Tamanrasset, à Constantine, à Tiaret, à Blida. … il y avait déjà une perte de l’identité locale”.  Il constate, entre autres, que le problème est d’abord réglementaire.  Le plan directeur d’aménagement et d’urbanisme (PDAU) et le plan d’occupation du sol (POS) sont aujourd’hui maigres en matière d’intervention urbaine. Nous avons besoin d’outils beaucoup plus performants et beaucoup plus actualisés pour donner des résultats meilleurs, souligne-t-il. Face au retard important enregistré et afin de réaliser l’objectif assigné, le gouvernement et le ministère de l’Habitat ont trouvé la solution : faire appel aux entreprises étrangères les plus qualifiées dans le domaine.
Par ailleurs, cette dynamique a engendré une demande en ciment qui peine à être satisfaite.
Le marché national accuse actuellement un déficit de plus de 3 millions de tonnes comblé par les importations qui ont enregistré une hausse de 98,37%.
La hausse des importations a également touché les engins du BTP.  Outre ce dossier sur le bâtiment, Partenaires est également revenu sur la 5e édition des Journées mines et carrières organisée conjointement par la CCIAF et RPI et qui a regroupé près de 250 entreprises dont 47 françaises.
Dans une autre de ses rubriques, la revue livre des  comptes rendus des événements organisés par la CFCIA (séminaire, colloque, etc.).