Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Finances

Finances

Leader de l’industrie du ciment

Le groupe se fixe comme objectif de construire, d’ici à 2017, quatre nouvelles cimenteries d’une capacité globale de plus 5 millions de tonnes/an.

Situé en amont du secteur du BTPH, le Groupe industriel des ciments d’Algérie (Gica) s’affirme de plus en plus comme un leader de l’industrie algérienne du ciment. Issu de la transformation juridique de la Société de gestion des participations, SGP-Industrie des ciments, en 2009, le groupe représentait, en 2013, 40% de l’offre nationale de ciments.
Société par actions au capital
de 25 358 000 000 DA, détenues en totalité par l’État, le groupe est structuré autour de 23 sociétés filiales parmi lesquelles 12 cimenteries subdivisées en deux groupes : 7 dont le capital social est détenu à 100% par Gica et 5 dont le capital social est détenu à 65% par Gica. En plus de ces 12 cimenteries, le groupe dispose de trois sociétés de production de granulats (graviers et sables) et bétons prêts à l’emploi (BPE). Pour compléter la chaîne, le groupe dispose de trois sociétés de distribution et commercialisation des matériaux de construction.
Le groupe dispose également d’un centre d’études et de services technologiques de l’industrie des matériaux de construction (Cetim). Ce centre pourvu de laboratoires exerce en continu le contrôle de la qualité des produits du groupe. Par ailleurs, une des filiales du groupe s’occupe de la maintenance. La société de maintenance industrielle et fours (Smif) intervient notamment dans l’ingénierie et conseil en maintenance, de la fabrication de pièces de rechange, de la maintenance des équipements mécaniques.
Pour ce qui est de la formation du personnel et des travailleurs du groupe, le groupe s’est doté d’un centre de formation de l’industrie du ciment (CFIC). Il faut dire que le groupe Gica est présent sur tous les grands chantiers de l’État. Les ciments du groupe ont contribué à la réalisation, entre autres, de l’autoroute Est-Ouest, des programmes de logements AADL, du barrage de Keddara et du nouvel aéroport d’Alger.
Le groupe se fixe comme objectif de poursuivre sa croissance en répondant aux besoins du marché et en abordant de nouveaux potentiels de croissance. Aussi, s’inscrivant dans la démarche de l’État de combler le déficit, le groupe ambitionne de porter sa capacité de production annuelle de ciment à 25,7 millions de tonnes à l’horizon 2017, contre 11,5 millions de tonnes aujourd’hui. Le groupe compte construire, d’ici  à 2017, quatre nouvelles cimenteries d’une capacité globale de plus de 5 millions de tonnes/an.  Les nouvelles cimenteries seront implantées dans les wilayas de Béchar, Oum El-Bouaghi, Relizane et Tamanrasset (In Salah).
Le groupe a également lancé l’extension des capacités de production des cimenteries de Aïn El-Kebira (Sétif), de Béni Saf (Témouchent), de Oued Sly (Chlef), de Zahana (Mascara) et de El-Ma El-Biodh (Tébessa), pour augmenter leur production de plus de 8 millions de tonnes par an. En outre, une cimenterie d’une capacité de production de 2,7 millions de tonnes/an sera réalisée dans la commune de Djemourah (Biskra), en partenariat entre le groupe français Lafarge et une société privée algérienne.Le plan de développement du Gica prévoit de porter la capacité de production annuelle d’agrégats et sables concassés à 7 millions de tonnes à l’horizon 2016, par la réalisation de 9 stations de concassage, dont 6 sont déjà entrées en exploitation.  Il est aussi question de la réalisation des projets relatifs à l’activité “bétons prêts à l’emploi” (BPE). Ces projets doteront le Gica d’une capacité de production annuelle de 3,5 millions  de mètres cubes de BPE.
Ils consistent en la réalisation de 16 stations de production de BPE. Au titre du même programme de développement, le Gica prévoit la réalisation de 3 terminaux sur 3 ports, dans les régions Centre, Est et Ouest. Ces terminaux permettront l’écoulement des excédents de production de ciment sur le marché international.