Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

Économie / Finances

Parution du livre de TaÏeb Hafsi, Professeur à HEC Montréal, sur le succès entrepreneurial d’Issad Rebrab

“Redonner confiance à nos jeunes compatriotes”

Le livre fait partie d’une collection sur les grands entrepreneurs algériens.

Une bouffée d’oxygène pour les jeunes, pour celui qui étouffe. Telle est l’expression qui résume bien  l’apport  de ce livre Issad Rebrab : voire grand, commencer petit et aller vite, écrit par Taieb Hafsi aux éditions Casbah sur l’itinéraire professionnel d’un capitaine d’industrie à l’origine de l’ascension de Cevital, devenu au fil des ans une entreprise de classe mondiale.
De ses débuts avec Profilor et son aventure industrielle avec Métalsider jusqu’à l’émergence d’un groupe diversifié, troisième en Algérie en termes de chiffre d’affaires et troisième dans l’agroalimentaire en Afrique (cf classement Jeune Afrique), Issad Rebrab révèle une personnalité hors du commun. Sa ténacité face à l’adversité et son audace constituent la clé de sa réussite.
“Il faut être confiant. Nous avons beaucoup d’atouts. On nous fait constamment peur et on fait peur à nos gouvernants, comme si la technologie ou la production étaient de grands mystères. Tout peut être maîtrisé si on le veut.  Il faut être persistant et en même temps être ordonné. J’admire aujourd’hui les Américains qui, eux, voient les choses en grand. Pour moi, dans un monde où on est constamment confronté à une guerre économique, il faut toujours voir grand”, affirme-t-il. En ce sens, l’intention de l’auteur s’avère  généreuse. “Ce livre se veut un regard sur l’Algérie à travers les efforts de l’un de ses meilleurs entrepreneurs. C’est un livre destiné à tous les Algériens. Je suis persuadé que, comme moi, ils recevront  la nouvelle  comme rafraîchissante. Ce livre est destiné à redonner confiance surtout à nos jeunes compatriotes. Dans la vie des nations qui est trop lente pour que chacun d’entre nous puisse voir les résultats des efforts, les acteurs économiques jouent un rôle crucial. Ils construisent la trame, le socle sur lequel le pays va se reposer. Parmi ces acteurs, ces entrepreneurs sont les meilleurs ouvriers. L’Algérie de demain sera d’abord construite par ses entrepreneurs. Les jeunes, qui sont l’avenir de ce pays, puiseront dans l’âme de cet homme l’inspiration et des ressources précieuses pour la suite de la construction.” En épilogue,Taïeb Hafsi résume en quelques pages le caractère singulier que s’est forgé au fil du cheminement de son entreprise l’homme d’affaires, aujourd’hui à la tête de la plus grosse entreprise privée du pays. Premier élément de sa stratégie économique : investir presque tout ce qu’on gagne si on veut aller plus vite que les autres… Issad Rebrab découvrait une autre de ses grandes qualités : la volonté d’apprendre tout et de tout le monde. Peu d’entrepreneurs lui ressemblaient, peu d’entre eux apprenaient ou voulaient apprendre. Tous cherchaient la facilité. Lui n’avait pas peur d’apprendre et de construire… Issad Rebrab construisit des usines de sucre et d’huile de classe mondiale. Ses coûts étaient compétitifs même contre les meilleurs dans le monde. De l’agroalimentaire qu’il domina rapidement, il alla vers le verre plat, expulsant les importations, puis vers une multitude d’activités porteuses d’avenir. Il a littéralement tout réussi.
“Le livre sur  Issad Rebrab, une histoire triste et joyeuse”, commente l’auteur en conclusion. D’une part, c’est une grande tristesse de voir que des Algériens sont empêchés par l’État de construire leur pays. “Ce livre est aussi joyeux et plein d’espoir. Nous avons vu combien un entrepreneur déterminé est capable de construire des merveilles malgré une adversité considérable, malgré l’ambigüité de l’application des lois, malgré la malveillance de ceux qui sont supposés l’aider, malgré les dangers que cette malveillance génère, malgré la suspicion généralisée qui détruit les bonnes volontés, malgré des moyens somme toute modestes. Un tel résultat est source d’inspiration pour tous les Algériens.” Cet homme est un modèle pour une jeunesse qui a du mal à donner du sens à ce qui se passe autour d’elle, souligne-t-il. L’expérience d’Issad  Rebrab dit à tous les jeunes : “Vous pouvez le faire ! Vous pouvez le faire ! Mais ce ne sera pas facile”.
En annexe figurent l’évolution de Cevital, les comptes 2010 du groupe, dans un souci de transparence, une valeur-clé de l’entreprise. À noter que cet ouvrage fait partie d’une collection Les grands bâtisseurs. Il sera suivi d’autres livres sur des entrepreneurs algériens privés ou publics qui ont réussi. Des travaux ont déjà démarré, notamment sur Laïd Benamor, le P-DG du groupe Benamor, grande entreprise privée dans l’agroalimentaire, et Brahim Hasnaoui, le P-DG du groupe Hasnaoui, spécialisé dans le bâtiment. Ces études présentent des entrepreneurs publics ou privés qui ont réalisé des choses ayant valeur d’exemple. Une initiative lancée par Taïeb Hafsi à encourager absolument.


K. R.