Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Affaire “Skripal” : Outre les États-Unis et le Canada

14 pays de l’UE expulsent des diplomates russes

Départ des diplomates russes expulsés par Londres. ©D. R.

Déjà très affectées par les tensions à cause de la guerre en Ukraine, les relations entre la Russie et l’Europe continuent de se dégrader, sous la pression d’une administration américaine déterminée à isoler Moscou sur la scène internationale.

Quelques heures après l’annonce par les États-Unis et le Canada de leur décision d’expulser des dizaines de diplomates russes, quatorze pays membres de l’Union européenne ou faisant partie de l’OTAN ont annoncé, eux aussi, en faire de même, en signe de solidarité mais surtout de représailles contre la présumée implication de Moscou dans l’empoisonnement d’un agent double russe en Grande-Bretagne le 4 mars dernier. Les qualifiant “d’espions”, Washington affirme ainsi avoir expulsé 60 diplomates russes, a indiqué une source de l’administration américaine. “48 agents de renseignement connus” dans diverses missions aux États-Unis et 12 de plus à la Mission russe de l'ONU avaient sept jours pour quitter les États-Unis, a indiqué cette source. “Nous prenons ces mesures pour démontrer notre solidarité indéfectible avec le Royaume-Uni, et pour imposer à la Russie de sérieuses conséquences pour ses violations continuelles des normes internationales”, a expliqué pour sa part le département d'État dans un communiqué.
L’administration américaine va fermer le consulat de Seattle sur la côte ouest des États-Unis. Le Canada qui affirme “qu’il prend ces mesures par solidarité avec le Royaume-Uni”, a expulsé quatre diplomates russes. “Il a été établi que ces quatre personnes sont des agents du renseignement ou des personnes qui ont utilisé leur statut diplomatique pour compromettre la sécurité du Canada ou s'immiscer dans sa démocratie”, a affirmé  Chrystia Freeland, ministre des Affaires étrangères du Canada. “Dans un esprit de solidarité avec nos partenaires britanniques et nos alliés transatlantiques et en coordination avec les pays de l'UE, l'Ukraine a pris la décision d'expulser de son territoire 13 diplomates”, a déclaré le président ukrainien Petro Porochenko dont les propos ont été diffusés par son service de presse, repris par l’AFP. L’Allemagne qui entretient des relations plus ou moins détendues avec la Russie a annoncé, à son tour, l’expulsion de quatre diplomates russes, après concertation avec ses alliés au sein de l’UE et de l’OTAN. La France expulse quatre diplomates russes, alors que l'Italie a notifié sa décision d’expulsion à deux diplomates, autant que ceux expulsé par le Danemark et les Pays-Bas. La Finlande renvoie à Moscou un seul diplomate.  La Pologne a déclaré persona non grata quatre diplomates russes, alors que la Lituanie en fait partir trois, comme la République tchèque. En revanche, la Slovaquie a décidé d'étudier “les mesures à venir”, a rapporté l’AFP. Réagissant à cette vague d’expuslion concertée de ses diplomates, la Russie a promis de riposter, dénonçant ce qu’elle qualifie de “provocation”. “Le geste provocateur de prétendue solidarité avec Londres de ces pays (...) témoigne de la poursuite d'une ligne de confrontation visant à aggraver la situation”, a déclaré la diplomatie russe dans un communiqué. “Nous allons forcément y répondre”, a-t-elle souligné. Pour rappel, un ancien colonel des services de renseignement militaires russes, Serguei Skripal, et sa fille Ioulia, ont été retrouvés inconscients le 4 mars dernier aux abords d'un centre commercial de Salisbury. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, a accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal par un agent toxique A234, sans toutefois présenter, selon Moscou, de preuves tangibles pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

Lyès Menacer/Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER