Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de 11h (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Expulsions massives des diplomates russes de plusieurs pays

“Affaire Skripal” : Moscou promet une dure riposte

Aux expulsions massives de diplomates russes par des pays occidentaux, le chef de la diplomatie russe, Serguei Lavrov, a répondu hier en affirmant que la Russie ne tolérera pas l’insolence des pays occidentaux. “Nous y réagirons, n’en doutez pas, parce que personne n’a envie de tolérer ce comportement grossier. Et nous ne le tolérerons pas”, a martelé Sergei Lavrov. “Quand on demande à un ou deux diplomates de quitter tel ou tel pays, tout en nous murmurant des excuses dans l’oreille, nous savons précisément que c’est le résultat des pressions colossales, d’un chantage colossal qui constituent, malheureusement, l’arme principale de Washington sur la scène internationale”, a-t-il souligné lors de son point de presse à Tachkent retransmis par la Télévision russe. Le ministère russe des Affaires étrangères a déjà promis une réponse en conséquence à cette démarche inamicale. Ce dernier ripostait aux dix-sept pays de l’Union européenne qui ainsi que les États-Unis, le Canada, la Norvège, l’Ukraine et quelques autres pays, ont décidé, en lien avec l’affaire Skripal, d’expulser des diplomates russes. Le plus grand nombre de Russes a été expulsé des États-Unis, soit 48 diplomates et 12 employés de la mission de Russie auprès de l’ONU. La dernière sanction en date a été prise par l’OTAN, dont le secrétaire général a annoncé hier après-midi l’expulsion de 7 diplomates russes, et le rejet de trois demandes russes  d'accréditation. Rappelons que la partie russe s’est adressée aux ambassades des États-Unis et du Royaume-Uni à Moscou pour leur demander de fournir toutes les informations sur l’affaire Skripal. En effet, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova s’est adressée hier aux ambassades des États-Unis et du Royaume-Uni à Moscou pour leur demander de transmettre à la diplomatie russe les informations dont se servent leurs missions diplomatiques comme “base de preuves” qui appuierait la soi-disant implication de la Russie dans l’affaire Skripal. Mais les pays occidentaux refusent de communiquer avec Moscou sur ce sujet. À ces mesures, Moscou réplique par des sanctions similaires.


Merzak T.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER