Scroll To Top
FLASH
  • L'intégralité du contenu (articles) de la version papier de "Liberté" est disponible sur le site le jour même de l'édition, à partir de midi (GMT+1)
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version digitale de "Liberté" écrire à: redactiondigitale@liberte-algerie.com

A LA UNE / International

Il sera consacré à l’évaluation de la situation politique

Angola : sommet régional demain sur la RDC et le Soudan du Sud

Luanda va accueillir demain un sommet régional consacré à la République démocratique du Congo et au Soudan du Sud notamment, a annoncé hier le ministre des Affaires étrangères angolais Manuel Agosto. Le sommet visera à “analyser l'évolution de la situation en RDC, les accords signés au Soudan du Sud pour la paix mais aussi à analyser la situation politico-sécuritaire sur le continent”, avait expliqué auparavant expliqué M. Agosto au cours d'un point de presse vendredi. Les présidents gabonais Ali Bongo, ougandais Yoweri Museveni, rwandais Paul Kagame, zambien Edgar Lungu et congolais Joseph Kabila (RDC) et Denis Sassou Ngesso (Congo Brazzaville) devraient être présents, selon le ministère des Affaires étrangères angolais. Mercredi, le président de la RDC, Joseph Kabila, a créé la surprise en choisissant l'ancien ministre de l'Intérieur et secrétaire permanent du parti présidentiel (PPRD), Emmanuel Ramazani Shadary, comme candidat de la majorité à la présidentielle. Le président congolais a déjà effectué deux mandats. La Constitution interdisait à Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, élu en 2006 et réélu dans la contestation en 2011, de se représenter. La RD Congo, un des pays les plus pauvres d'Afrique malgré ses ressources, n'a jamais connu de passation pacifique du pouvoir depuis son indépendance de la Belgique le 30 juin 1960. Dimanche, Salva Kiir, Riek Machar et l'opposition ont conclu un accord de partage du pouvoir. Faire travailler ensemble Machar et le président Kiir ne sera pas une mince affaire, leur coopération ayant toujours dans le passé abouti au chaos et au conflit, soulignent des observateurs.

R. I/Agences


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER